Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Afrique

L’aéroport de Tripoli bombardé, les autorités évoquent une aide internationale

© Mahmud Turkia, AFP | L'aéroport de Tripoli, en Libye

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/07/2014

Alors que l’aéroport de Tripoli a fait l’objet d’intenses bombardements par une milice, le gouvernement libyen a annoncé son souhait de faire appel à l’aide d’une force internationale pour endiguer le regain de violence sur son territoire.

À l’aéroport de Tripoli, les bombardements d'une milice libyenne ont entraîné la destruction de près de 90% des avions stationnés, a déclaré mardi le gouvernement libyen.

Deux des victimes - des militaires - ont trouvé la mort dans ces violences, selon un membre des forces gouvernementales chargées de la protection du site.

"Plusieurs avions et des voitures privées ont été touchées", a-t-il déclaré à Reuters, ajoutant qu'un hall des douanes avait également essuyé des tirs. La tour de contrôle a elle aussi été endommagée, selon un membre de l'administration.

"Le gouvernement réfléchit au déploiement d'une force internationale pour améliorer la sécurité", a indiqué Ahmed Lamine, porte-parole du gouvernement, s'adressant à la presse.

Les combats entre milices, qui se battent notamment pour le contrôle de l'aéroport, ont fait sept morts à Tripoli. ll s'agit des affrontements les plus graves depuis six mois dans la capitale.

Heurts meurtriers à Benghazi

À Benghazi, au moins six personnes ont été tuées et 25 blessées dans des heurts  qui ont lieu depuis dimanche soir entre forces de l'ordre et milices rivales, a-t-on par ailleurs appris de sources médicales et auprès des services de sécurité.

La mission des Nations unies en Libye a expliqué que la fermeture de l'aéroport international de Tripoli et la détérioration de la situation ne lui permettaient plus de travailler correctement. Son personnel a été évacué.

Trois ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye ne parvient pas à sortir du chaos, avec un pouvoir central affaibli et une armée incapable de contrôler les brigades constituées par d'anciens rebelles et des miliciens qui se disputent le pouvoir économique et politique.

À Benghazi, des combattants fidèles à l’ex-général Khalifa Haftar ont pilonné des bases de miliciens islamistes dans le cadre des opérations qu'ils mènent pour les déloger de la grande ville de la Cyrénaïque. Les forces spéciales libyennes sont aussi intervenues contre les islamistes positionnés dans la ville.

Des infrastructures largement touchées

La plupart des victimes sont des civils, selon des sources médicales à l'hôpital de Benghazi. Au moins dix habitations ont été touchées par des missiles. Des bureaux du gouvernement et des banques se sont vus contraints de fermer.

Les aéroports de Tripoli et de Misrata étaient fermés lundi. Celui de Benghazi l'a été il y deux mois. Ce qui laisse l'est du pays avec les seuls petits aéroports de Labrak et Tobrouk qui ont peu de liaisons avec l'étranger.

Une situation encore plus précaire prévaut à l’Ouest, où les habitants n’ont plus que la route pour sortir du pays, en passant par la Tunisie voisine.

Les voisins de la Libye planchent sur la résolution de la crise

Avec Reuters

 

Première publication : 15/07/2014

  • LIBYE

    Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • LIBYE

    Attentat de Benghazi : inculpé aux États-Unis, le suspect plaide non coupable

    En savoir plus

  • LIBYE

    Une militante des droits de l’Homme assassinée à Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)