Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Renvoi en correctionnelle pour trois policiers qui ont blessé un homme au flash-ball

© Bertrand Guay, AFP - Un policier français équipé d'un flash-ball

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/07/2014

Trois fonctionnaires de police français ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir grièvement blessé un homme en faisant usage d’un pistolet à balles en caoutchouc en 2009.

Trois policiers, qui avaient grièvement blessé un homme d'un tir de flash-ball, en 2009, lors d'une manifestation à Montreuil (Seine-Saint-Denis), ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bobigny, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Les trois hommes ont été renvoyés la semaine dernière pour "violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente", a indiqué une source judiciaire à l’AFP. Ils sont passibles d’une peine de 10 ans de prison et 150 000 euros d'amende.

La victime, Joachim Gatti, âgé à l'époque de 34 ans, avait perdu un œil le 8 juillet 2009 dans des affrontements avec des policiers, alors qu'il participait à une manifestation de soutien aux occupants d'une clinique désaffectée expulsés par les forces de l'ordre.

À l’époque, la préfecture de Seine-Saint-Denis avait indiqué que les policiers avaient riposté aux projectiles des manifestants en utilisant ce pistolet à balles en caoutchouc non perforantes. Plusieurs autres personnes avaient été blessées au cours de cette opération.

Début avril, le parquet de Bobigny avait requis le renvoi d'un seul des trois policiers, mais devant la cour d'assises, chargée de juger les affaires criminelles. Au final, la juge d'instruction en charge du dossier a décidé de renvoyer les trois fonctionnaires, mais devant un tribunal correctionnel. La magistrate a estimé que les faits constituaient un simple délit.

Un fait rarissime

"Le renvoi de trois policiers devant les tribunaux et la mise en cause de leur hiérarchie est un fait rarissime", a réagi dans un communiqué le "collectif du 8 juillet", créé par les victimes de ces événements et par leurs proches.

Par cette décision de renvoi, la juge d'instruction "admet qu'il ne s'agit pas d'un acte isolé, ni d'une bavure, mais d'un cas avéré de violence en réunion", insiste le collectif. "En signalant les nombreuses anomalies qui caractérisent cette opération de maintien de l'ordre, elle révèle que la hiérarchie policière est compromise dans les violences de ce soir-là."

L'Inspection générale des services (IGS, la police des polices) ainsi que la Commission nationale de déontologie et de la sécurité (CNDS) avaient jugé inapproprié l'usage du flash-ball par les policiers dans cette affaire.

À dix mètres de distance (avec une portée utile de quinze mètres), la balle tirée par un flash-ball fait l'effet d'un uppercut donné par un boxeur professionnel.

Avec AFP

 

Première publication : 15/07/2014

  • FRANCE

    Le Défenseur des droits dénonce les utilisations irrégulières des Taser en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)