Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Cambodge: six membres de l'opposition inculpés d'insurrection

AFP

Des Cambodgiennes manifestent devant le tribunal de Phnom Penh, le 16 juillet 2014, où six membres de l'opposition ont été inculpés d'insurrectionDes Cambodgiennes manifestent devant le tribunal de Phnom Penh, le 16 juillet 2014, où six membres de l'opposition ont été inculpés d'insurrection

Des Cambodgiennes manifestent devant le tribunal de Phnom Penh, le 16 juillet 2014, où six membres de l'opposition ont été inculpés d'insurrectionDes Cambodgiennes manifestent devant le tribunal de Phnom Penh, le 16 juillet 2014, où six membres de l'opposition ont été inculpés d'insurrection

Six membres de l'opposition cambodgienne ont été inculpés mercredi d'insurrection au lendemain d'une manifestation qui a fait des dizaines de blessés, une accusation passible de 30 ans de prison dénoncée par leur parti comme une tentative de "détruire la démocratie".

Lors d'une audience à huis clos au tribunal de Phnom Penh, les six hommes et femmes politiques ont été inculpés pour avoir dirigé un mouvement d'insurrection, organisé des violences volontaires et incité à des actes criminels, a déclaré à la presse Ket Khy, l'un de leurs avocats.

La seule accusation d'insurrection est passible d'une peine entre 20 et 30 ans d'emprisonnement.

Ils ont été placés en détention provisoire, a précisé à l'AFP Am Sam Ath, du groupe de défense des droits de l'Homme Licadho, dénonçant un "revers pour la démocratie".

Cinq des six accusés, dont la figure de l'opposition Mu Sochua, avaient été élus députés du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) en juillet 2013, mais refusent depuis de siéger, comme tous leurs collègues de l'opposition qui contestent le résultat de législatives, selon eux, entachées de fraudes massives.

La sixième personne est l'assistant de Mu Sochua. Un autre avocat du CNRP a indiqué que plusieurs autres membres du parti faisaient l'objet d'une enquête.

Les six inculpés avaient été arrêtés après une manifestation mardi à Phnom Penh lors de laquelle la police avait utilisé des gaz lacrymogènes pour mettre un terme à des affrontements à coups de bâtons et de pierres entre militants de l'opposition et gardes de sécurité de "Freedom Park".

Les quelque 300 manifestants réclamaient la réouverture de ce parc du centre-ville, lieu privilégié de manifestations fermé depuis des mois par les autorités.

Le gouvernement, indiquant que 38 gardes avaient été blessés, a accusé l'opposition d'avoir commis des "actes cruels et violents", allant "au-delà de l'exercice de la liberté d'expression".

Des manifestants ont également été blessés, selon des militants. Ces derniers mois, les gardes ont été accusés à plusieurs reprises d'avoir frappé des manifestants rassemblés devant le parc.

- Répression des mouvements de rue -

L'opposition a d'ailleurs accusé le parti au pouvoir d'avoir orchestré les violences ayant mené aux arrestations.

"C'est une menace contre le CNRP. La décision (du tribunal) détruit la démocratie au Cambodge", a déclaré à l'AFP son porte-parole Yim Sovann.

Alors que des centaines de militants s'étaient rassemblés près du tribunal barricadé, Mu Sochua a elle appelé sur Facebook ses partisans à continuer "le combat pour la liberté et les droits de l'Homme".

"Les accusations d'aujourd'hui illustrent une nouvelle fois le fait que la justice est utilisée comme un outil politique pour restreindre la liberté d'expression et les voix s'opposant au gouvernement", a de son côté commenté Chor Chanthyda, du Centre cambodgien pour les droits de l'Homme.

Le Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 1985, est de plus en plus critiqué en raison de la répression ces derniers mois de mouvements de rue, de l'opposition mais aussi d'ouvriers du secteur textile - crucial pour l'économie du pays -, qui réclament de meilleurs salaires.

Début janvier, les forces de l'ordre avaient ouvert le feu sur des ouvriers du textile en grève, faisant quatre morts. Toute manifestation a ensuite été interdite à Phnom Penh pendant plusieurs semaines, et Freedom Park fermé, avant d'être bloqué par des barbelés en mai.

Première publication : 16/07/2014