Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Cameron veut un portefeuille économique à la Commission européenne

AFP

Le Premier ministre britannique David Cameron lors d'une conférence de presse à Downing Street à Londres le 19 juin 2014Le Premier ministre britannique David Cameron lors d'une conférence de presse à Downing Street à Londres le 19 juin 2014

Le Premier ministre britannique David Cameron lors d'une conférence de presse à Downing Street à Londres le 19 juin 2014Le Premier ministre britannique David Cameron lors d'une conférence de presse à Downing Street à Londres le 19 juin 2014

Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré mercredi devant les députés à Londres qu'il allait s'efforcer d'obtenir pour son pays un "portefeuille important" d'ordre économique à la Commission européenne, peu avant de partir pour Bruxelles.

"Je pense qu'il y a une occasion d'assurer au Royaume-Uni un portefeuille important, où nous pouvons maximiser notre influence dans les secteurs qui nous importent le plus, les secteurs liés à notre économie, et nous allons travailler très dur à cela", a déclaré le dirigeant conservateur.

David Cameron a également défendu sa décision de choisir comme candidat à un poste de commissaire le conservateur Jonathan Hill, une personnalité inconnue du grand public, leader sortant de la Chambre des Lords (chambre haute du Parlement).

Face aux critiques suscitées par ce choix, il a assuré que Jonathan Hill "ferait un très bon travail pour le pays", soulignant qu'il occupait le même poste que Cathy Ashton, l'actuelle chef de la diplomatie européenne, lorsqu'elle avait été nommée commissaire.

Le Premier ministre, qui devait gagner Bruxelles dans l'après-midi pour un sommet dominé par la question de la désignation des principaux dirigeants de l'UE, a aussi rendu hommage au "très bon travail" de Cathy Ashton.

Avant d'arriver à la tête des Affaires étrangères de l'UE, cette dernière avait été envoyée à Bruxelles en 2008 pour succéder au commissaire au Commerce Peter Mandelson, un travailliste, comme elle.

La désignation de Jonathan Hill par David Cameron a été annoncée mardi en même temps qu'un vaste remaniement du gouvernement britannique, à dix mois d'élections générales qui s'annoncent serrées.

L'équipe est désormais plus eurosceptique, comme l'a volontiers reconnu mercredi le nouveau ministre de la Défense Michael Fallon.

"C'est assurément un cabinet eurosceptique, mais le pays est eurosceptique maintenant", a-t-il dit sur la BBC.

"Nous pensons que l'Europe a pris une mauvaise direction", a poursuivi le ministre conservateur, réaffirmant le credo de David Cameron qui milite pour le maintien du Royaume-Uni dans une Union européenne réformée.

Il a critiqué la position de l'Ukip, parti anti-UE qui a triomphé lors des dernières Européennes et se place en troisième place dans les sondages d'opinion.

"La réponse de l'Ukip est simplement de sortir (de l'UE). Ce n'est pas la solution. La solution est d'obtenir les réformes que nous voulons avec le soutien de l'opinion publique", a déclaré Michael Fallon.

Avec la promesse de David Cameron d'organiser -en cas de réélection- un référendum en 2017 sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE, le parti conservateur "est le seul parti à l'heure actuelle à offrir ce choix aux gens et à promouvoir des réformes", a-t-il souligné.

Le nouveau chef de la diplomatie Philip Hammond s'est notamment illustré en affirmant qu'il n'hésiterait pas à préconiser une sortie de l'UE si son pays n'obtenait pas des rapatriements de compétences.

Selon le dernier sondage YouGov publié mardi, 41% des Britanniques voteraient en faveur du maintien de leur pays dans l'UE dans les circonstances actuelles (contre 38% qui choisiraient d'en sortir).

Première publication : 16/07/2014