Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Chimie: la CGT crie à la "supercherie" quant au projet d'accord de branche

AFP

AFP Photo

Le projet d'accord dans la branche Chimie annoncé mardi dans le cadre du pacte de responsabilité est une "supercherie", a dénoncé mercredi la CGT, assurant que les 47.000 emplois promis d'ici 2017 correspondent au rythme actuel de recrutement de la branche.

Le texte, déjà approuvé par la CFDT et ouvert à la signature jusqu'à vendredi, prévoit la création de 47.000 emplois sur la période 2015-2017 et l'accueil de 5.000 apprentis en plus par an, dans le cadre du pacte de responsabilité.

Cet "accord honteux relève de la supercherie de la part de ses signataires (...) puisque, comme le démontrent les chiffres de l'Union des industries chimiques (UIC), ce ne seront pas 47.000 emplois +supplémentaires+", assure la fédération Chimie de la CGT dans un communiqué.

En 2013, 15.689 recrutements ont été effectués dans la branche, indique le syndicat. "Sur trois années, poursuit-il, la projection serait de 47.067 +recrutements+, mettant en évidence que les 47.000 inscrits dans le pacte de +responsabilité+ ne sont qu'une illusion de création d'emplois".

"L?engagement de l?UIC est de ne rien changer dans les entreprises, (il) est égal à zéro emploi pour 2015-2017", insiste la CGT.

"Avec le nombre de départs de toutes natures, auxquels s?ajoutent les départs en retraite, mais aussi les restructurations, les +recrutements+ ne suffisent pas à maintenir les emplois dans la branche", qui est passée de 244.685 à 203.161 salariés entre 2000 et 2013, affirme la CGT.

Les entreprises de la branche Chimie vont bénéficier, dans le cadre du pacte de responsabilité, de 300 millions d'euros d'exonérations de cotisations en 2015, 655 millions en 2020, selon le syndicat.

Le pacte prévoit 40 milliards d'euros d'allègement du coût du travail pour les entreprises en échange de négociations dans les branches professionnelles sur l'emploi, la formation et l'investissement.

La semaine dernière lors de la conférence sociale, le Premier ministre Manuel Valls a estimé que "la mobilisation dans les branches n'(était) pas encore à la hauteur".

Première publication : 16/07/2014