Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

En Chine, les noms des TGV sont à vendre

AFP

Un train à grande vitesse sur la ligne entre Pékin et Nanning, dans la province du Guangxi, dans le sud de la Chine, le 13 juin 2014Un train à grande vitesse sur la ligne entre Pékin et Nanning, dans la province du Guangxi, dans le sud de la Chine, le 13 juin 2014

Un train à grande vitesse sur la ligne entre Pékin et Nanning, dans la province du Guangxi, dans le sud de la Chine, le 13 juin 2014Un train à grande vitesse sur la ligne entre Pékin et Nanning, dans la province du Guangxi, dans le sud de la Chine, le 13 juin 2014

La Chine a commencé à vendre à des entreprises le droit de baptiser des trains à grande vitesse du pays, ont rapporté des médias officiels mercredi, alors que le secteur du rail cherche à devenir commercialement rentable.

A leur grand étonnement, les passagers embarquant dans une gare du sud de la Chine ont récemment découvert que leur train portait le nom de "China Unicom" --l'un des trois grands opérateurs téléphoniques du pays--, a relaté le quotidien shanghaïen Dongfang Zaobao.

Mais il aurait pu également s'appeler "Bank of China" -- du nom d'un des mastodontes du secteur financier-- ou encore "Lüziyao", d'après une firme d'agroalimentaire connue pour ses champignons, arachides et poissons assaisonnés: ces deux groupes ont aussi payé pour voir un train à grande vitesse arborer leur patronyme.

Une métropole du nord-est de la Chine, elle, a baptisé un train "Majestueuses rivières et montagnes de Zhangjiakou", pour vanter les charmes de son environnement naturel.

A chaque fois, ce nouveau nom apparaît sur les panneaux d'affichage des trains au départ.

Le secteur ferroviaire chinois --sous l'emprise d'un lourd monopole public-- a été bousculé ces dernières années par une série de scandales et d'accidents mettant en lumière la corruption de son administration.

En mars dernier, le gouvernement, se disant soucieux d'efficacité, a décidé de fusionner le ministère du Rail à une agence d'Etat, et de transférer ses activités commerciales à un groupe nouvellement crée, China Railway Corp. (CRC). C'est ce dernier qui à commencé à commercialiser les noms des trains.

Un privilège onéreux: une année de "sponsoring" --c'est-à-dire le droit d'associer son nom à un train-- ne coûte pas moins de 12 millions de yuans (1,42 million d'euros), a précisé le Dongfang Zaobao.

"Utiliser au mieux les ressources du marché" est devenu une priorité, maintenant que les opérateurs ferroviaires sont tenus responsables de leurs profits et pertes, ont expliqué au quotidien shanghaïen des sources anonymes.

La Chine possédant le réseau de trains à grande vitesse le plus étendu du monde, les internautes s'attendent à d'amusants développements.

"Que les passagers se préparent: le train à grande vitesse Durex s'apprête à entrer en gare. Durex vous souhaite un délicieux voyage", a imaginé un internaute dans un microblog ironique, en référence au fabricant de préservatifs.

Première publication : 16/07/2014