Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

En Chine, les noms des TGV sont à vendre

AFP

Un train à grande vitesse sur la ligne entre Pékin et Nanning, dans la province du Guangxi, dans le sud de la Chine, le 13 juin 2014Un train à grande vitesse sur la ligne entre Pékin et Nanning, dans la province du Guangxi, dans le sud de la Chine, le 13 juin 2014

Un train à grande vitesse sur la ligne entre Pékin et Nanning, dans la province du Guangxi, dans le sud de la Chine, le 13 juin 2014Un train à grande vitesse sur la ligne entre Pékin et Nanning, dans la province du Guangxi, dans le sud de la Chine, le 13 juin 2014

La Chine a commencé à vendre à des entreprises le droit de baptiser des trains à grande vitesse du pays, ont rapporté des médias officiels mercredi, alors que le secteur du rail cherche à devenir commercialement rentable.

A leur grand étonnement, les passagers embarquant dans une gare du sud de la Chine ont récemment découvert que leur train portait le nom de "China Unicom" --l'un des trois grands opérateurs téléphoniques du pays--, a relaté le quotidien shanghaïen Dongfang Zaobao.

Mais il aurait pu également s'appeler "Bank of China" -- du nom d'un des mastodontes du secteur financier-- ou encore "Lüziyao", d'après une firme d'agroalimentaire connue pour ses champignons, arachides et poissons assaisonnés: ces deux groupes ont aussi payé pour voir un train à grande vitesse arborer leur patronyme.

Une métropole du nord-est de la Chine, elle, a baptisé un train "Majestueuses rivières et montagnes de Zhangjiakou", pour vanter les charmes de son environnement naturel.

A chaque fois, ce nouveau nom apparaît sur les panneaux d'affichage des trains au départ.

Le secteur ferroviaire chinois --sous l'emprise d'un lourd monopole public-- a été bousculé ces dernières années par une série de scandales et d'accidents mettant en lumière la corruption de son administration.

En mars dernier, le gouvernement, se disant soucieux d'efficacité, a décidé de fusionner le ministère du Rail à une agence d'Etat, et de transférer ses activités commerciales à un groupe nouvellement crée, China Railway Corp. (CRC). C'est ce dernier qui à commencé à commercialiser les noms des trains.

Un privilège onéreux: une année de "sponsoring" --c'est-à-dire le droit d'associer son nom à un train-- ne coûte pas moins de 12 millions de yuans (1,42 million d'euros), a précisé le Dongfang Zaobao.

"Utiliser au mieux les ressources du marché" est devenu une priorité, maintenant que les opérateurs ferroviaires sont tenus responsables de leurs profits et pertes, ont expliqué au quotidien shanghaïen des sources anonymes.

La Chine possédant le réseau de trains à grande vitesse le plus étendu du monde, les internautes s'attendent à d'amusants développements.

"Que les passagers se préparent: le train à grande vitesse Durex s'apprête à entrer en gare. Durex vous souhaite un délicieux voyage", a imaginé un internaute dans un microblog ironique, en référence au fabricant de préservatifs.

Première publication : 16/07/2014