Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

États-Unis: Skinner encaisse un revers dans son combat pour éviter la mort

AFP

Henry

Henry "Hank" Skinner, accusé de triple meurtre, dans le couloir de la mort depuis 20 ans, ici à Livingston au Texas le 21 mai 2013Henry "Hank" Skinner, accusé de triple meurtre, dans le couloir de la mort depuis 20 ans, ici à Livingston au Texas le 21 mai 2013

Un tribunal fédéral du Texas a rendu mercredi un jugement défavorable au condamné à mort Hank Skinner à la lecture de récents tests ADN, nouveau rebondissement dans le marathon judiciaire de ce prisonnier dans le couloir de la mort depuis 20 ans.

Hank Skinner, 52 ans, marié à une Française militant contre la peine capitale qu'il a épousée en prison, fondait beaucoup d'espoir sur ces analyses ADN, que le Texas lui refusait.

Il les avait obtenues treize ans après son procès, à force de batailles devant les tribunaux, après avoir échappé de 20 minutes à l'exécution pour les meurtres, le 31 décembre 1993, de sa compagne d'alors, Twila Busby, et des deux fils de celle-ci.

Mais un juge du tribunal de Pampa a conclu que les résultats qui lui ont été présentés en février, "ne sont pas favorables au prisonnier", selon son jugement publié mercredi.

"Si les résultats avaient été disponibles avant le procès, il est vraisemblable que Skinner aurait tout de même été condamné", a conclu le juge Steven Emmert, dans ce document d'une demi-page.

"Le juge confirme une nouvelle fois que Hank Skinner est coupable", ont commenté les autorités texanes. "Il est temps que Skinner soit confronté à la peine" capitale à laquelle il a été condamné "et cesse de retarder la justice pour les familles de ses victimes", a déclaré Lauren Bean, porte-parole du bureau du procureur du Texas.

Ses avocats Douglas Robinson et Robert Owen ont annoncé immédiatement qu'ils feraient appel.

"Les doutes sur la culpabilité de Hank Skinner sont beaucoup trop importants pour permettre son exécution, en particulier au regard de l'incapacité totale de l'Etat à conserver des pièces à conviction cruciales qui empêche la résolution de ces questions de façon probante", ont-ils fait valoir.

Dans un récent entretien à l'AFP, Hank Skinner avait estimé avoir dorénavant "les preuves qui montrent de manière irréfutable que quelqu'un d'autre a commis les meurtres, et non pas" lui.

- "Sérieux doutes" -

Le prisonnier s'attendait à la décision du juge Emmert et à ce qu'elle marque le début d'un nouveau combat jusque devant la Cour suprême.

"Je ne crois pas beaucoup au système judiciaire du Texas. J'espère qu'ils feront ce qui est juste, je ne veux certainement pas mourir pour quelque chose que je n'ai pas fait", avait-il déclaré le 28 mai, derrière une vitre du parloir de l'Unité Polunsky, où il est incarcéré.

Les tests ADN montrent que la personne à qui appartiennent trois des quatre cheveux retrouvés dans la main de Twila Busby, a un lien maternel avec la victime. L'expert du Texas a reconnu qu'ils ne pouvaient provenir des victimes elles-mêmes, car les cheveux retrouvés étaient visuellement différents et de couleur blonde.

"Les tests ADN fournissent des résultats significatifs et irréfutables qui soulèvent de sérieux doutes sur la culpabilité de M. Skinner et désignent un autre suspect crédible", ajoutent les avocats.

L'oncle maternel de Twila Busby, Robert Donnell, aujourd'hui décédé, avait les cheveux blonds et il avait été vu en train de harceler la jeune femme, moins d'une heure avant le meurtre.

"Où est passée la veste d'homme coupe-vent tachée de transpiration et de sang trouvée près du corps de Mme Busby et récupérée par la police comme pièce à conviction?", demandent encore les avocats, soulignant qu'un témoin peut identifier cette veste comme ayant appartenu à l'oncle décédé.

"L'Etat se bat pour garder cette veste hors du dossier, et le tribunal est d'accord avec l'Etat pour l'exclure", fustigent les deux défenseurs, "de notre point de vue, cette pièce à conviction est au coeur de l'affaire".

Mais le quatrième cheveu testé appartient bien à Hank Skinner et une première série de tests montrait que son ADN était présent sur l'arme du crime, un couteau de cuisine.

Pour ses avocats, M. Skinner vivait dans cette maison, il se servait au quotidien du couteau de cuisine et il a "pu laisser son ADN de manière innocente sur le manche".

Première publication : 16/07/2014