Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

FRANCE

L’ex-Femen Amina Sboui jugée à Paris pour dénonciation mensongère

© Kenzo Tribouillard, AFP | L'ex-Femen Amina Sboui.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/07/2014

L'ex-membre des Femen Amina Sboui va être jugée pour "dénonciation mensongère", en octobre prochain, à Paris. La Tunisienne avait affirmé avoir été agressée par cinq personnes début juillet. Elle maintient sa version des faits.

Amina Sboui, l’ancienne Femen soupçonnée d'avoir menti au sujet de l'agression dont elle dit avoir été victime au début du mois de juillet, a été laissée en liberté après sa garde à vue mardi et sera jugée pour "dénonciation mensongère", a déclaré son avocat Me Martin Pradel à l'AFP.

Le 7 juillet, l'ancienne membre des Femen avait porté plainte, affirmant qu’elle avait été agressée la veille à Paris par cinq "islamistes" qui, selon ses propos, l’avaient menacée de lui raser les cheveux et les sourcils.

La militante féministe avait raconté avoir été sortie de force du métro parisien, au petit matin, par un homme qui l'avait ensuite conduite dans la rue, près de la place de Clichy, où l'auraient attendue ses agresseurs.

Joint par l'AFP, son avocat a précisé que sa cliente maintenait sa version des faits.

Déjà condamnée en Tunisie

"Comme la vidéosurveillance ne permet pas de recouper sa dénonciation et qu'elle a dit que manifestement, son agression avait été filmée, les policiers en déduisent qu'elle a fantasmé la scène. C'est sidérant", a-t-il déploré.

Il affirme par ailleurs que sa cliente a gardé le silence durant sa garde à vue, "car les policiers ne jouent pas la transparence. Ils ne veulent pas lui dire de quels éléments ils disposent pour la poursuivre".

"Quel intérêt aurait-elle à inventer cette agression et à dire qu'elle a été filmée par la vidéosurveillance ?", s’est interrogé l'avocat. Il a précisé qu'Amina Sboui était convoquée pour être jugée en octobre à Paris pour "dénonciation mensongère".

En 2013, Amina Sboui avait fait deux mois et demi de détention provisoire en Tunisie pour avoir peint le mot "Femen" sur le muret d'un cimetière de Kairouan (150 km au sud de Tunis) afin de dénoncer la tenue d'un rassemblement salafiste.

Après avoir reçu des marques de soutien des autres Femen, elle avait finalement décidé de quitter ce mouvement féministe, dont elle avait dénoncé l’"islamophobie".

Avec AFP

 

Première publication : 16/07/2014

  • TUNISIE

    La Tunisienne Amina quitte les Femen pour "islamophobie"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Non-lieu pour Amina, la Femen jugée pour "avoir dénoncé la torture en prison"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Amina, la Femen tunisienne, jugée pour "avoir dénoncé la torture en prison"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)