Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Irak: un influent religieux chiite en faveur du départ de Maliki

AFP

Cheikh Ali al-Najafi, porte-parole de son père, le grand ayatollah Bachir al-Najafi, lors d'un entretien à l'AFP, le 14 juillet 2014 à NajafCheikh Ali al-Najafi, porte-parole de son père, le grand ayatollah Bachir al-Najafi, lors d'un entretien à l'AFP, le 14 juillet 2014 à Najaf

Cheikh Ali al-Najafi, porte-parole de son père, le grand ayatollah Bachir al-Najafi, lors d'un entretien à l'AFP, le 14 juillet 2014 à NajafCheikh Ali al-Najafi, porte-parole de son père, le grand ayatollah Bachir al-Najafi, lors d'un entretien à l'AFP, le 14 juillet 2014 à Najaf

Le départ du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki constituerait "une part importante" de la solution à la crise politique en Irak, estime le porte-parole d'un influent religieux chiite dans un entretien à l'AFP.

Il s'agit de la première fois qu'un leader religieux chiite appuie ouvertement un départ du pouvoir de M. Maliki, lui-même chiite.

Par ailleurs, cette déclaration de cheikh Ali al-Najafi, porte-parole de son père, le grand ayatollah Bachir al-Najafi, apparaît comme un signe supplémentaire de la volonté du clergé chiite, habituellement discret, de jouer un rôle plus actif dans les affaires du pays.

La formation rapide d'un gouvernement d'union est vue comme une étape cruciale pour faire face à l'offensive fulgurante des insurgés sunnites, menés par les jihadistes de l'Etat islamique (EI), qui ont su exploiter les profondes divisions politiques.

"C'est une partie de la solution. Une partie importante", a déclaré lundi M. al-Najafi, en référence au départ de M. Maliki.

"C'est le point de vue du marja al-Najafi", a-t-il-dit, en parlant de son père, l'un des quatre plus importants leaders religieux chiites, qui constituent la marjaïya.

Le grand ayatollah Ali Sistani, à la tête de la marjaïya, avait déjà appelé le 20 juin, via son porte-parole, à la "formation d'un gouvernement efficace qui soit acceptable sur le (...) plan national (et qui) évite les erreurs du passé".

Cette déclaration n'était pas à proprement parler un appel au départ de M. Maliki, mais constituait une critique implicite du Premier ministre sortant, un homme accusé d'avoir accaparé le pouvoir et marginalisé la communauté sunnite (minoritaire), préparant ainsi le terrain à l'offensive des insurgés sunnites lancée le 9 juin.

M. Maliki, au pouvoir depuis 2006, entend briguer un troisième mandat, son bloc parlementaire étant arrivé en tête aux législatives, mais les Arabes sunnites comme les Kurdes, et même certains chiites, réclament son départ.

- La marjaïya plus impliquée -

L'ayatollah Sistani avait également appelé à armer ceux voulant combattre les insurgés, dans la première fatwa appelant au jihad de la marjaïya depuis plus de 90 ans, malgré des dizaines d'années de guerre et de violences.

"Désormais, la marjaïya voit un réel (...) danger pour l'Irak, (...) l'Irak pourrait s'effondrer en quelques heures ou quelques jours, et a besoin d'une position (commune) de la part de tout son peuple pour protéger l'unité du pays", a déclaré M. Najafi, qui s'exprimait dans la ville sainte de Najaf, à 150 km au sud de Bagdad.

L'Irak avait été plongé en 2006 et 2007 dans un conflit meurtrier opposant milices chiites à Al-Qaïda, appuyé par les sunnites, déclenché par un attentat contre un mausolée chiite au nord de la capitale.

"L'ampleur et le type des combats sont différents cette fois. Le nombre de combattants est différent. Daash est différent d'Al-Qaïda", a indiqué M. Najafi, en référence à l'acronyme arabe de l'EI.

"C'est quelque chose de plus développé qu'Al-Qaïda, en termes de force, de coordination, d'organisation et de financement", estime-t-il, alors que les insurgés se sont emparés en l'espace de quelques jours de plusieurs pans du territoire dans le nord et l'est du pays.

La marjaïya avait dans le passé une position plus circonspecte et pris garde de rester à l'égard de l'arène politique.

Mais la situation a évolué, a assuré M. Najafi, sous-entendant que la marjaïya allait désormais donner plus de voix.

"Quand il y a un problème (au sein d'une famille, ndlr), c'est au père de le régler (...) la marjaïya, c'est ce père", a-t-il dit.

"Dans toute crise, vous aurez le conseil de la marjaïya. Et cela pour la stabilité de l'Irak, sa protection, son unité, et pour rassurer" les Irakiens et leurs voisins, a-t-il poursuivi.

Première publication : 16/07/2014