Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : deuil et colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hacking de Sony : la victoire de Pyongyang

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les stéréotypes "garçon-fille" dans le monde du jouet.

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Croissance : l'Insee prévoit embellie en 2015

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

DÉBAT

Russie : Poutine sous pression en pleine crise du rouble

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

Moyen-Orient

Vidéo : "La roquette n'est pas tombée loin de la maison"

© FRANCE 24 | La maison des Cohen à Ashdod, le 15 juillet.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/07/2014

Après avoir refusé la trêve proposée par l'Égypte, le Hamas a tiré, mardi, des dizaines de roquettes sur le sud d'Israël. Nos reporters Julien Sauvaget et Yoray Liberman se sont rendus à Ashdod, où l'un des obus est tombé.

L'appartement de la famille Cohen à Ashdod, dans le sud d'Israël, est dévasté. Mardi 15 juillet, le Hamas a lancé plusieurs obus sur la ville. Les vitres du logement ont été soufflées et les murs criblés d'impacts. C'est la première fois, pour cette famille d'origine française installée dans le pays depuis dix ans, qu'une roquette tombe si près de leur maison.

"On est descendus dans la chambre forte et on a entendu une grosse explosion qui a soufflé les vitres, raconte Barbara Cohen. On a compris que la roquette n'était pas tombée loin". En effet, elle s'est écrasée à quelques mètres seulement de leur immeuble. 

>> À lire, Israël appelle 100 000 habitants de Gaza à évacuer leur domicile

Mais ce qui a provoqué le plus de dégâts, ce sont les petites billes de métal nichées à l'intérieur de la roquette. "Avec le souffle de l'explosion, elles deviennent mortelles", précise l'envoyé spécial de FRANCE 24, Julien Sauvaget. Les maisons environnantes en sont criblées. 

Dans la ville, les travaux ont déjà commencé pour effacer au plus vite les traces de roquette. Et tenter de reprendre une vie normale.

Mais les habitants de Ashdod ne cachent pas leur colère. "C'est le Hamas qui décide quand il doit y avoir un cessez-le-feu, quand les combats doivent reprendre, quand il faut négocier..., a déploré l'un d'entre eux, Yosi Abecassis. Je pense qu'on a déjà un pied dans la guerre. On devrait y mettre le deuxième. On ne peut pas vivre avec des traumatisme comme ça, dans la peur et l'inconnu". 

Mardi 15 juillet, au petit matin, le cessez-le-feu proposé par l'Égypte a été refusé par le Hamas. À 15 heures,le Hamas procédait à des dizaines de tirs "aveugles" de roquettes. Deux ont été détruites en vol au-dessus de Tel-Aviv, mais d'autres ont atteint le sol israélien.

Première publication : 16/07/2014

  • PROCHE-ORIENT

    Les frappes ont repris sur Gaza, un premier mort côté israélien

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Vidéo : à Gaza, les ambulanciers sur le qui-vive

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Proposition de cessez-le-feu : Israël accepte, le Hamas refuse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)