Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Italie: Allegri ou l'ambition de rebondir à la Juventus

AFP

Les entraîneurs Massimiliano Allegri (g) et Antonio Conte, le 6 octobre 2013 à TurinLes entraîneurs Massimiliano Allegri (g) et Antonio Conte, le 6 octobre 2013 à Turin

Les entraîneurs Massimiliano Allegri (g) et Antonio Conte, le 6 octobre 2013 à TurinLes entraîneurs Massimiliano Allegri (g) et Antonio Conte, le 6 octobre 2013 à Turin

La Juventus Turin n'aura pas traîné pour trouver un successeur à Antonio Conte: Massimiliano Allegri, champion d'Italie avec l'AC Milan en 2010, a été nommé mercredi à la tête de la "Vieille Dame", une occasion pour lui de se relancer après son licenciement en janvier par le club milanais.

"Quand on m'a téléphoné hier (mardi, ndlr) pour me demander si j'étais disponible pour entraîner la Juve, ce fut comme un éclair dans un ciel serein", a-t-il lancé en conférence de presse.

Se disant "heureux et honoré", le nouvel homme fort de la Juve a ajouté qu'il dirigerait son premier entraînement jeudi.

"Nous avons le devoir de faire une grande Ligue des champions car la Juventus a le devoir de figurer parmi les 8 grands d'Europe", a-t-il encore affirmé.

"Avec Conte, nous avons clos un cycle victorieux, avec Allegri nous voulons en débuter un autre", a souligné pour sa part le directeur du secteur sportif du club, Giuseppe Marotta en évoquant le départ d'Antonio Conte, qui a démissionné mardi soir après avoir remporté trois "Scudetti" successifs.

- 'Continuité dans la victoire' -

Il a expliqué qu'il comprenait que les "tifosi puissent être désorientés, ayant perdu une figure importante du club", tout en assurant qu'Allegri représentait "une continuité dans la victoire".

Selon les médias italiens, Allegri aurait signé un contrat de deux ans, pour 2,5 millions d'euros par saison.

"Le club est en train de chercher à renforcer la Juventus pour la rendre encore plus compétitive en Italie et en Europe", a assuré Allegri, alors qu'Antonio Conte serait parti en raison de désaccords avec la direction sur le recrutement.

Aucune grosse pointure n'a encore rejoint le club turinois, et deux poids lourds du milieu de terrain seraient en effet sur le départ: le Français Paul Pogba et le Chilien Arturo Vidal.

A la Juve, Allegri retrouvera Andrea Pirlo, parti de l'AC Milan quand il était à la tête des Rossoneri, où il avait relégué le génial milieu de terrain sur le banc.

"Avec Andrea, j'ai de très bons rapports, c'est un champion et je n'ai jamais mis en doute ses qualités, j'ai de la chance de le retrouver ici", a-t-il néanmoins assuré.

- Tifosi réticents -

Sur les réseaux sociaux, le choix du Toscan n'a pas emballé les "tifosi juventini", qui ont toujours en mémoire les déclarations tapageuses d'Allegri à l'encontre de la Juve alors qu'il était encore entraîneur du rival milanais.

"On ne veut pas de toi!", "Je prie pour me réveiller et me rendre compte que cette signature était un canular", "Allegri signe pour deux ans, ça sera deux ans sans moi!", pouvait-on lire sur internet.

Malgré ce mécontentement, aucun impact direct sur les finances du club n'est à craindre, l'ensemble des abonnements de la saison à venir ayant été déjà vendu.

Reste que "Max" a gros à jouer pour faire oublier son limogeage de l'AC Milan, le 13 janvier dernier, au lendemain d'une cuisante défaite en championnat face au promu Sassuolo (4-3).

Il avait certes pâti de la guerre des chefs à la tête du club, entre l'historique Adriano Galliani, son défenseur, et Barbara Berlusconi, la fille du propriétaire des Bianconeri, l'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi.

Mais il avait également payé pour des résultats jugés "décevants" (champion dès sa première année en 2011, Allegri avait terminé 2e en 2012, 3e en 2013, et l'équipe n'occupait plus que la 11e place au moment de son licenciement), un jeu manquant de chatoyant et une défense perméable.

Il faut dire qu'il avait eu à gérer un effectif affaibli par la baisse du pouvoir financier du Milan, ses deux stars Zlatan Ibrahimovic et Thiago Silva ayant cédé aux sirènes du Paris SG.

Première publication : 16/07/2014