Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

L'héritage de la princesse Soraya légué à trois associations françaises

AFP

AFP Photo

Trois associations caritatives françaises vont se partager 4,5 millions d'euros légués par la princesse Soraya Esfandiary Bakhtiary, deuxième épouse du Chah d'Iran, décédée à Paris en 2001, a décidé mercredi la justice allemande.

Dans un testament rédigé en 1991, la Croix-Rouge française, l'Association des paralysés de France et la Société protectrice des animaux (SPA) avaient été choisies comme légataires par la princesse Soraya, au cas où son frère Bijan Esfandiary viendrait à mourir sans laisser d'héritiers.

Celle qui fut la deuxième femme du Chah d'Iran, Mohammed Reza Pahlavi, avait souhaité dans cette hypothèse que les biens qu'elle possédait en France, principalement des bijoux et le contenu de son domicile parisien, soient vendus aux enchères et que l'argent récolté soit partagé à parts égales entre ces associations.

Le tribunal de grande instance de Cologne a donné raison à ces trois associations qui avaient déposé plainte en décembre 2013 contre plusieurs proches du frère de la princesse qui revendiquaient l'héritage. En vertu du jugement rendu mercredi, chacune d'elle va recevoir 1,5 million d'euros.

Le frère de la princesse, Bijan Esfandiary, qui habitait à Cologne (ouest de l'Allemagne), est mort en 2001.

"Etant donné que son frère ne s'est jamais marié et par conséquent n'a eu aucun enfant légitime au sens du droit allemand", les trois organisations françaises sont désignées comme héritières, a estimé le tribunal, qui précise que l'existence d'autres enfants "n'est pas claire" à ce jour.

Soraya ayant acquis en 2000 la nationalité allemande, son héritage est régi par la législation allemande qui n'accorde aucun droit préférentiel aux enfants "illégitimes" en cas de succession, a expliqué la cour, en précisant que les parties concernées avaient un mois pour faire appel.

Née à Ispahan en 1932, mariée à l'âge de 19 ans au Chah d'Iran, elle n'avait eu aucun enfant avec lui et avait été répudiée par le souverain iranien en 1957, avant de quitter le pays l'année suivante.

Celle qu'on surnommait la "princesse triste" avait par la suite perdu dans un accident d'avion son compagnon, le metteur en scène italien, Franco Indovina.

La princesse Soraya est décédée à Paris le 25 octobre 2001, à l'âge de 69 ans. Ses obsèques avaient rassemblé des centaines de personnalités du gotha international dans la capitale française.

Première publication : 16/07/2014