Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Pérou: le meurtre d'une chanteuse met en lumière les violences faites aux femmes

AFP

Une manifestante tend un tract où il est écrit

Une manifestante tend un tract où il est écrit "Ca suffit! Le machisme tue" à Lima, au Pérou, lors de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre 2011Une manifestante tend un tract où il est écrit "Ca suffit! Le machisme tue" à Lima, au Pérou, lors de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre 2011

La police péruvienne recherche à travers tout le pays l'époux de Edita Guerrero, chanteuse du célèbre groupe local de cumbia Corazon Serrano, suspecté d'avoir tué son épouse, un cas qui a mis en lumière les violences domestiques et les abus contre les femmes au Pérou.

Paul Olortiga est soupçonné d'avoir battu sa femme, décédée en mars d'une lésion cérébrale.

Ce cas survient peu après celui de l'actrice et chanteuse Magaly Solier, qui avait dénoncé les violences faites aux femmes après avoir été victime de harcèlement dans un autobus à Lima, des faits rarement rapportés dans ce pays conservateur de 30 millions d'habitants, où sont également nombreux les cas de discrimination contre les populations d'origines indiennes ou étrangères.

"Pour que nous puissions faire face à ce problème, nous demandons aux femmes qu'elle ne se taisent pas et dénoncent les cas d'abus et de violences", implore Milena Justo, directrice de Manuela Ramos, une ONG de défense des droits des femmes.

En 2013, "quasiment neuf femmes sur 10 à Lima ont souffert de harcèlement dans les rues", rapporte à l'AFP Mme Justo, citant une étude menée par son organisation.

La même année, 131 femmes ont été tuées au Pérou en raison de leur sexe, plus de 50% d'entre elles avaient entre 18 et 34 ans, selon des chiffres du ministère de la Femme.

- Problème d'éducation -

La ministre de la Femme, Carmen Omonte, a signalé lundi que les violences domestiques et le harcèlement sexuel "ont traditionnellement été considérés comme des sujets privés, raison pour laquelle la femme a tendance à se taire".

En raison de la rareté des plaintes, le gouvernement ne dispose pas de chiffres reflétant la dimension du problème.

Le ministère de la Femme a toutefois lancé un programme de sensibilisation avec la participation de Natalia Malaga, sélectionneuse de l'équipe nationale de volley-ball et figure reconnue dans le pays.

"Les femmes, nous devons affirmer notre caractère et nous faire respecter", a-t-elle exhorté lors du lancement de cette campagne, au début du mois.

Bien que dans la majorité des cas, les victimes soient des jeunes femmes craignant de porter plainte, une enquête de l'institut Ipsos parue en juin indique que 72% des Liméniennes estiment que dans ces cas, il faut faire face et si nécessaire agresser les hommes qui les importunent.

"Dans de nombreux foyers au Pérou et dans d'autres pays, on éduque la petite fille pour qu'elle occupe dans la société une place derrière un homme", regrette auprès de l'AFP la Mexicaine Angélica Fuentes, du Forum de coopération (FoCo) et directrice de la Fondation Angélica Fuentes pour l'émancipation de la femmes en Amérique latine.

"En tant que femmes, nous devons comprendre que tout changement passe par l'éducation. Le machisme dans de nombreux cas, c'est nous mêmes qui le générons avec les différence entre enfants dans le foyer", affirme-t-elle, de passage à Lima pour un forum sur le sujet.

- Séparation dans les transports -

Outre les violences domestiques, "les femmes péruviennes sont constamment soumises à du harcèlement sexuel dans l'espace public", a dénoncé l'actrice Magaly Solier, 27 ans, héroïne du film La Teta Asustada, après qu'un homme s'est masturbé derrière elle dans un autobus de la capitale.

Sa plainte a débouché sur une initiative du service municipal des transports de Lima, qui sépare désormais les hommes et les femmes aux heures de pointe, comme c'est déjà la cas dans les transports du Mexique, d'Egypte, du Japon ou de Malaisie.

"Si les autorités sont trop lentes à réagir (les femmes) doivent avoir dans leur sac des ciseaux, des clous, des aiguilles (parce que) il faut se défendre", a même estimé la ministre du Travail, Ana Jara.

Si la majorité des Péruviens affirment considérer que les femmes peuvent se vêtir comme elles l'entendent, 65% estiment toujours qu'une femme utilisant des vêtements provocants s'expose au manque de respect, selon l'étude d'Ipsos.

"La violence et les abus contre les femmes sont une épidémie dans tout la région, la seule différence, c'est que désormais, on en parle", termine Mme Fuentes.

Première publication : 16/07/2014