Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

EUROPE

Srebrenica : les Pays-Bas jugés responsables de la mort de 300 musulmans

© Elivis Barukcic - AFP | Des femmes pleurent sur le cercueil d'un proche à Srebrenica (Bosnie-Herzegovine), en juillet 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/07/2014

L'État néerlandais a été jugé civilement responsable de la mort de plus de 300 hommes et garçons musulmans à Srebrenica, pendant la guerre en Bosnie. Le tribunal de La Haye a estimé que les casques bleus néerlandais auraient dû les protéger.

La décision est sans précédent. Le tribunal de La Haye a déclaré l'Etat néerlandais civilement responsable de la mort de plus de 300 hommes et garçons musulmans à Srebrenica pendant la guerre en Bosnie (1992-95). La justice a établi que les casques bleus néerlandais du "Dutchbat" auraient dû les protéger.

"L'Etat est responsable de la perte subie par les proches des hommes qui ont été déportés par les Serbes de Bosnie depuis les bâtiments du Dutchbat de la base de Potocari dans l'après-midi du 13 juillet 1995", a déclaré la juge Larissa Elwin.
 
La juge a estimé que les soldats néerlandais "auraient dû tenir compte de la possibilité que ces hommes seraient victimes de génocide". "On peut affirmer avec suffisamment de certitude que si le Dutchbat avait permis à ces hommes de rester sur place, ils seraient restés en vie", a-t-elle ajouté.
 
Les soldats néerlandais n’auraient pas pu empêcher le génocide
 
Les juges n'ont pas néanmoins donné raison aux plaignantes, mères des victimes, sur le reste de leurs accusations. Si les soldats néerlandais auraient dû dénoncer directement les crimes de guerre, l'Etat néerlandais ne peut en être tenu responsable, car une telle action n'aurait pas entraîné "une intervention militaire directe de l'ONU" et n'aurait donc pas empêché le génocide.
 
L'enclave de Srebrenica était placée sous la protection de l'ONU lors de sa prise par les forces serbes de Bosnie en juillet 1995.  Mais les casques bleus néerlandais du bataillon "Dutchbat", faiblement armés et peu nombreux, s’étaient réfugiés dans une base avec environ 5 000 musulmans des villages environnants, principalement des femmes. Ils  n'avaient pas résisté.
 
Les forces serbes de Bosnie, sous le commandement du général Ratko Mladic, avaient alors tué près de 8 000 hommes et garçons musulmans dans ce qui est considéré comme le pire massacre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.
 
Premier Etat responsable pour ses soldats
 
En 2011, les Pays-Bas avaient déjà comparu dans une affaire de plus petite envergure. Ils avaient été tenus responsables en septembre de la mort de trois musulmans tués après avoir été chassés d'une base militaire par des casques bleus néerlandais.
 
Les Pays-Bas étaient alors devenu le premier Etat responsable des actes de ses propres soldats opérant sous le mandat des Nations unies, et avaient promis quelques mois plus tard d'indemniser leurs proches, à hauteur de 20 000 euros chacun.

 

Commémoration du massacre de Srebrenica le 11 juillet

 
Avec AFP

Première publication : 16/07/2014

  • JUSTICE

    Srebrenica : les Pays-Bas responsables de la mort de trois musulmans

    En savoir plus

  • SERBIE

    Ratko Mladic, génocidaire méthodique et implacable

    En savoir plus

  • PROCÈS KARADZIC

    En cinq jours, près de 8 000 musulmans sont massacrés à Srebrenica

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)