Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les poilus sont-ils vraiment partis la fleur au fusil ?

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

EUROPE

Srebrenica : les Pays-Bas jugés responsables de la mort de 300 musulmans

© Elivis Barukcic - AFP | Des femmes pleurent sur le cercueil d'un proche à Srebrenica (Bosnie-Herzegovine), en juillet 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/07/2014

L'État néerlandais a été jugé civilement responsable de la mort de plus de 300 hommes et garçons musulmans à Srebrenica, pendant la guerre en Bosnie. Le tribunal de La Haye a estimé que les casques bleus néerlandais auraient dû les protéger.

La décision est sans précédent. Le tribunal de La Haye a déclaré l'Etat néerlandais civilement responsable de la mort de plus de 300 hommes et garçons musulmans à Srebrenica pendant la guerre en Bosnie (1992-95). La justice a établi que les casques bleus néerlandais du "Dutchbat" auraient dû les protéger.

"L'Etat est responsable de la perte subie par les proches des hommes qui ont été déportés par les Serbes de Bosnie depuis les bâtiments du Dutchbat de la base de Potocari dans l'après-midi du 13 juillet 1995", a déclaré la juge Larissa Elwin.
 
La juge a estimé que les soldats néerlandais "auraient dû tenir compte de la possibilité que ces hommes seraient victimes de génocide". "On peut affirmer avec suffisamment de certitude que si le Dutchbat avait permis à ces hommes de rester sur place, ils seraient restés en vie", a-t-elle ajouté.
 
Les soldats néerlandais n’auraient pas pu empêcher le génocide
 
Les juges n'ont pas néanmoins donné raison aux plaignantes, mères des victimes, sur le reste de leurs accusations. Si les soldats néerlandais auraient dû dénoncer directement les crimes de guerre, l'Etat néerlandais ne peut en être tenu responsable, car une telle action n'aurait pas entraîné "une intervention militaire directe de l'ONU" et n'aurait donc pas empêché le génocide.
 
L'enclave de Srebrenica était placée sous la protection de l'ONU lors de sa prise par les forces serbes de Bosnie en juillet 1995.  Mais les casques bleus néerlandais du bataillon "Dutchbat", faiblement armés et peu nombreux, s’étaient réfugiés dans une base avec environ 5 000 musulmans des villages environnants, principalement des femmes. Ils  n'avaient pas résisté.
 
Les forces serbes de Bosnie, sous le commandement du général Ratko Mladic, avaient alors tué près de 8 000 hommes et garçons musulmans dans ce qui est considéré comme le pire massacre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.
 
Premier Etat responsable pour ses soldats
 
En 2011, les Pays-Bas avaient déjà comparu dans une affaire de plus petite envergure. Ils avaient été tenus responsables en septembre de la mort de trois musulmans tués après avoir été chassés d'une base militaire par des casques bleus néerlandais.
 
Les Pays-Bas étaient alors devenu le premier Etat responsable des actes de ses propres soldats opérant sous le mandat des Nations unies, et avaient promis quelques mois plus tard d'indemniser leurs proches, à hauteur de 20 000 euros chacun.

 

Commémoration du massacre de Srebrenica le 11 juillet

 
Avec AFP

Première publication : 16/07/2014

  • JUSTICE

    Srebrenica : les Pays-Bas responsables de la mort de trois musulmans

    En savoir plus

  • SERBIE

    Ratko Mladic, génocidaire méthodique et implacable

    En savoir plus

  • PROCÈS KARADZIC

    En cinq jours, près de 8 000 musulmans sont massacrés à Srebrenica

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)