Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Ukraine: l'UE s'apprête à durcir les sanctions contre Moscou

AFP

La chancelière allemande Angela Merkel devant la presse le 16 juillet 2014 devant le siège de l'UE à BruxellesLa chancelière allemande Angela Merkel devant la presse le 16 juillet 2014 devant le siège de l'UE à Bruxelles

La chancelière allemande Angela Merkel devant la presse le 16 juillet 2014 devant le siège de l'UE à BruxellesLa chancelière allemande Angela Merkel devant la presse le 16 juillet 2014 devant le siège de l'UE à Bruxelles

Les dirigeants européens devraient décider mercredi soir à Bruxelles de durcir les sanctions contre la Russie en raison de la crise en Ukraine, mais sans aller jusqu'à des mesures économiques d'envergure, selon des responsables européens.

"Ce qui est prévu, c'est un certain rehaussement" des sanctions "qui ne va pas jusqu'au niveau 3", c'est à dire celui de mesures susceptibles d'affecter fortement l'économie russe, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Cette décision reflète la volonté des Européens "de faire preuve de fermeté tout en maintenant le dialogue", a-t-il expliqué.

Le ton était pareil à Berlin, où la chancelière Angela Merkel a estimé que la Russie "n'avait pas suffisamment satisfait" les attentes pour faire baisser la tension en Ukraine, selon son porte-parole Steffen Seibert.

Kiev avait engagé une offensive diplomatique pour obtenir l'adoption de nouvelles sanctions contre la Russie, accusée de soutenir les séparatistes armés dans l'Est.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a demandé l'adoption de sanctions sectorielles dite de "phase 3" pour "s'opposer à l'agression russe" et le président Petro Porochenko a souligné lors de multiples contacts directs et téléphoniques avec les Occidentaux que "des combattants et des armes" continuaient toujours d'arriver de Russie dans l'Est où le conflit a fait plus de 600 morts en trois mois.

Les efforts diplomatiques menés par l'Allemagne et la France pour trouver une solution pacifique à la crise ukrainienne semblaient dans l'impasse depuis plusieurs jours, mais deux dirigeants rebelles ont annoncé mercredi soir à Donetsk qu'une visioconférence du "groupe de contact" sur l'Ukraine (OSCE, Ukraine, Russie)se tiendraient avec la participation des insurgés jeudi soir ou vendredi soir, chacun donnant une date différente.

La veille, l'OSCE avait déploré qu'une telle réunion n'ait pu avoir lieu et en a rejeté la responsabilité sur les rebelles.

- Sanctions "très probables" -

Selon une source diplomatique, les nouvelles sanctions devaient comprendre notamment le gel de programmes en Russie menés par la Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

Les Etats-Unis ont laissé entendre mardi soir qu'ils pourraient durcir unilatéralement leurs sanctions contre la Russie si l'Union européenne ne les suivait pas dans leur démarche, destinée à faire plier Moscou sur l'Ukraine.

L'Union européenne a jusqu'ici interdit la délivrance de visas et gelé les avoirs d'une soixantaine de personnalités russes et ukrainiennes impliquées dans l'escalade du conflit entre les deux pays, mais sans imposer de sanctions économiques d'envergure sur certains secteurs, une étape connue à Bruxelles comme la phase trois.

Alors que l'Ukraine a affirmé qu'un missile venu de Russie avait abattu lundi son avion de transport militaire An-24 - sans que Moscou ne réagisse -, côté russe les forces de Kiev sont accusées d'être à l'origine d'un tir d'obus ayant fait un mort dimanche dans une ville frontalière russe.

Et mercredi, le comité d'enquête russe a annoncé la mort de "deux militaires russes" dans des tirs lundi par les forces ukrainiennes et a ouvert une enquête à ce propos.

Sur le terrain, la situation était relativement calme, mais des centaines d'habitants de Donetsk prenaient des bus fournis par les séparatistes en direction de la Russie pour fuir le conflit, a rapporté un journaliste de l'AFP.

"J'espère revenir un jour à la maison, mais pour l'instant ce n'est plus possible de vivre là, ils nous bombardent",a dit Viktor Gontcharov, 67 ans, de Krasnogorivka, localité à l'ouest de Donetsk distante d'une trentaine de kilomètres, touchée par des tirs de lance-roquettes multiples Grad ces derniers jours.

Le conflit avec les séparatistes pèse lourdement sur l'économie ukrainienne qui était déjà mal en point avant qu'il commence. La banque centrale a annoncé que son taux directeur allait augmenter de trois points jeudi dans le cadre de la lutte contre l'inflation, passant de 9,5 à 12,5%, ce qui ne manquera pas d'aggraver le repli de l'économie, actuellement estimé à -5% en 2014 par le Fonds monétaire international.

Première publication : 16/07/2014