Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

Renouveler l'exécutif européen, le casse-tête des 28

© Thierry Charlier, AFP | Le sommet de Bruxelles s'est clôturé mercredi 16 juillet.

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/07/2014

À l'issue du Conseil qui s'est tenu à Bruxelles mercredi, les dirigeants européens n'ont pas réussi à s'accorder sur les noms des prochains président du Conseil européen et chef de la diplomatie. Leur choix devra être arrêté fin août.

L'équation à résoudre est particulièrement complexe. Après l'élection, mardi, du chrétien-démocrate Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission, l'attribution des deux postes de chef de la diplomatie de l'UE et de président du Conseil répond à des équilibres droite-gauche, nord-sud/est-ouest, mais aussi hommes-femmes et  générationnels. Autant dire que la partie n'est pas gagnée d'avance.

La ministre italienne des Affaires étrangères Federica Mogherini s'est portée candidate au poste de de haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, mais la Pologne et les États baltes l'ont jugée inexpérimentée et trop clémente à l'égard de la Russie dans la crise ukrainienne.

"Je soutiendrai une personnalité ayant l'expérience des affaires étrangères, une personne neutre qui reflète au moins l'ensemble des opinions des États membres en ce qui concerne le conflit entre la Russie et l'Ukraine et je ne soutiendrai pas quelqu'un qui est pro-Kremlin", a averti la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite. Ses propos ont donné lieu à une vive réaction de la part du président du Conseil italien. "La question ne porte pas sur tel ou tel poste. Il est question du respect dû à tous les États membres et, en particulier, à un membre fondateur", s'est-il indigné.

Le chef de la diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski et la bulgare Kristalina Georgieva, actuelle commissaire au développement, font figure d'alternative, mais certains, en Europe occidentale, jugent que le premier est trop ferme à l'égard de Moscou et que la seconde, qui a passé 17 ans à la Banque mondiale, manque d'expérience dans la diplomatie.

Moscovici commissaire aux Affaires économiques et financières ? 

La Première ministre danoise, Helle Thorning-Schmidt, 47 ans, semblait la mieux à même de briguer la présidence du Conseil européen, mais son pays n'appartient pas à la zone euro, ce qui a suscité les réserves de la France. François Hollande pourrait toutefois ne pas s'opposer à sa nomination, à condition que Pierre Moscovici obtienne le poste de commissaire aux Affaires économiques et financières, ce que l'Allemagne ne voit pas d'un très bon oeil, dans la mesure où Paris n'a pas encore ramené son déficit sous la barre des 3 % du PIB, assurent des sources diplomatiques.

La présidence permanente de l'Eurogroupe semble en revanche promise au ministre espagnol des Finances Luis De Guindos.

Les dirigeants européens, qui étaient réunis au lendemain de l'élection de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission, se retrouveront le 30 août pour achever le renouvellement de l'exécutif, selon le service de presse du Conseil.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 17/07/2014

  • Ukraine

    L’accord de libre-échange controversé entre l’Ukraine et l’UE

    En savoir plus

  • L'Europe dans tous ses Etats

    La Suède : un modèle pour tous ? (partie 1)

    En savoir plus

  • Demain à la une (Partie1)

    L'Italie prend la tête de l’UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)