Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Economie

L’ex-dictateur panaméen Noriega part en guerre contre Call of Duty

© Capture d'écran, Activision | L'alter-ego virtuel de Manuel Noriega dans le jeu Call of Duty : Black Ops II

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 17/07/2014

Du fond de sa cellule, Manuel Noriega, l’ex-dictateur panaméen n'a visiblement pas apprécié d'apparaître comme un assassin de sang froid et une crapule dans le jeu vidéo Call of Duty : Black Ops II. Il porte plainte contre l'éditeur Activision.

Même les dictateurs déchus qui croupissent en prison s’intéressent aux jeux vidéo. C’est en tout cas le cas de Manuel Noriega, l’ancien homme fort du Panama. Depuis le centre de détention d'El Renacer (Panama), il a déposé plainte, mardi 15 juillet, contre l’éditeur Activision pour l’avoir fait passer pour un grand méchant dans le jeu vidéo Call of Duty : Black Ops II.

Dans ce titre, sorti en 2012, le joueur, qui incarne un soldat américain des forces spéciales, se retrouve à deux doigts de tuer un Manuel Noriega tout de pixels vêtus. Mais il doit, finalement, se contenter de l’appeler “asshole” (trou du cul) et de pire crapule au monde après un coup de fil d’un agent de la CIA lui intimant l’ordre de le ramener vivant. Dans une autre scène, le double virtuel de l'autocrate déchu assassine froidement deux de ses propres soldats.

Question de gros sous

Ce scénario n’a visiblement pas plu à l’ex-homme d’État qui a régné d’une main de fer sur Panama entre 1983 et 1989. Manuel Noriega, condamné pour trafic de drogue, blanchiment d’argent et assassinats politiques, n’accepte pas d’être dépeint comme un ennemi du genre humain, “responsable de multiples crimes haineux fictifs”, d’après la plainte. Le jeu donnerait “la fausse impression qu’[Activision] a été autorisé par le plaignant à utiliser son image”, peut on lire dans la plainte déposée par les avocats de Manuel Noriega.

Mais pour Manuel Noriega, les questions d’argent sont aussi importantes que celle de l’image. Le prisonnier veut toucher une part des bénéfices qu’Activision a tiré de la vente de Call of Duty : Black Ops II. Les ventes du jeu ont, en effet, généré plus d’un milliard de dollars de revenus pour l’éditeur américain.

Il s’estime d’autant plus lésé qu’une autre personne réelle, le lieutenant-colonel des marines Oliver North, a été étroitement associée au projet comme conseiller. Apparemment, Manuel Noriega aurait bien voulu être consulté et rémunéré également.

Manuel Noriega et Lindsay Lohan, même combat

Reste que l’ex-dictateur et Oliver North ne sont pas les seuls personnages à avoir leur alter ego dans ce Call of Duty. Le général américain David Petraeus fait également une apparition dans ce jeu dont l’action se déroule en 2025. Cet ex-directeur de la CIA y incarne le futur secrétaire d’État américain. Le vrai David Petraeus n’a, semble-t-il, rien eu à redire à ce sujet. Activision avait précisé en 2012 que “l’intégration du général David Petraeus et d’autres personnes réelles étaient un choix strictement créatif”. Contacté par France 24, le géant américain n’a pas voulu commenter les derniers développements judiciaires de ce “choix créatif”.

Call of Duty : Black Ops II n’est pas le premier jeu vidéo à s’attirer les foudres judiciaires de personnalités réelles. La société américaine Take Two est devenue un grand spécialiste de ce genre de péripéties, grâce à sa série Gran Theft Auto (GTA). La starlette hollywoodienne Lindsay Lohan a déposé plainte, le 2 juillet 2014, contre les créateurs du jeu GTA V pour avoir utilisé son image sans son accord. Avant elle, c’est Karen Gravano, la fille d’un mafieux repenti, qui a réclamé, en février 2014, 40 millions de dollars (30 millions d’euros) à Take Two pour s’être inspiré, toujours sans son accord, de sa vie pour une mission du jeu.

Première publication : 17/07/2014

  • JEUX VIDÉO

    La fille d'un mafieux réclame 40 millions de dollars aux créateurs de GTA V

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    "GTA V", le blockbuster qui affole les compteurs de l’industrie du jeu vidéo

    En savoir plus

  • JEUX VIDEO

    "Call of Duty : Ghost" veut détrôner "GTA V"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)