Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

EUROPE

Ukraine : les Occidentaux renforcent leurs sanctions contre Moscou

© Dmitry Kostyukov, AFP | Le pétrolier russe Rosneft.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/07/2014

L’UE et les États-Unis ont décidé de mettre en place un nouveau train de sanctions à l’endroit de la Russie pour son rôle présumé dans la crise ukrainienne. Les mesures prises par Washington sont particulièrement sévères.

Sans surprise, Bruxelles et Washington ont opté mercredi soir pour un durcissement des sanctions contre la Russie pour son rôle dans la crise en Ukraine. Les États-Unis ont même décidé de cibler des acteurs-clés de l'économie russe.

Une décision qui n’a pas manqué de faire réagir le président russe Vladimir Poutine, jeudi. Il a affirmé que ces sanctions conduiraient "les relations russo-américaines dans une impasse [et] leur causeraient de graves dommages".

Les États-Unis ont notamment ajouté à leur liste noire le géant pétrolier russe Rosneft, dont les avoirs aux États-Unis sont gelés, tandis que les entreprises américaines ne seront plus autorisées à mener des transactions avec lui. Les Américains "causent des dommages à leurs plus grandes compagnies énergétiques et tout cela pour quoi ?" s'est interrogé Poutine.

La banque du géant gazier russe Gazprom, Gazprombank, et la banque publique russe VEB, qui compte le Premier ministre russe Dmitri Medvedev parmi ses dirigeants, figurent également parmi les nouvelles cibles américaines.

Affaiblir l’économie russe et isoler Moscou diplomatiquement

"Ce que nous attendons, c'est que les dirigeants russes se rendent compte une fois de plus que leurs agissements en Ukraine ont des conséquences, notamment l'affaiblissement de l'économie russe et un isolement diplomatique croissant", a déclaré le président américain Barack Obama lors d'une courte allocution à la Maison Blanche.

Ces nouvelles sanctions étaient réclamées par les autorités ukrainiennes, qui accusent Moscou d’être responsable en sous-main de l’escalade des tensions dans l'Est entre les autorités et les mouvements séparatistes.

Washington a d'ailleurs également sanctionné mercredi les autorités séparatistes de Donetsk et de Lougansk ainsi que deux hauts responsables russes, notamment le vice-président du Parlement Sergueï Neverov.

L’UE plus timorée dans ses décisions

Réunis en sommet à Bruxelles, les Européens ont, eux, pris des sanctions de moindre ampleur. Ils ont par exemple gelé des programmes menés en Russie par la Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), a rapporté une source diplomatique.

L'UE a aussi décidé de cibler des "entités", y compris russes, accusées de soutenir "matériellement ou financièrement" les actions menaçant ou sapant la souveraineté de l'Ukraine mais leur liste précise ne sera déterminée que d'ici à la fin juillet, précise cette source.

L'UE avait jusqu'ici interdit la délivrance de visas et gelé les avoirs de plus de 70 personnalités russes et ukrainiennes tandis que Washington avait sanctionné, depuis début mars, 19 entités et 52 individus, dont des membres du cercle proche du président Vladimir Poutine.

Les dirigeants européens ont décidé d'autre part de lever l'embargo imposé sur les exportations vers l'Ukraine d'équipements sécuritaires de protection comme les casques et les gilets pare-balles.

L’Ukraine est en proie à une instabilité politique majeure, né de la décision de l'ex-président Viktor Ianoukovitch de rejoindre l'Union douanière avec la Russie, en novembre 2013. Depuis, le pays est devenu l’objet d’une lutte d’influence entre les Occidentaux et Moscou, sur fond de poussée du séparatisme pro-russes dans l’Est du pays.

Avec AFP

 

Première publication : 17/07/2014

  • UNION EUROPÉENNE

    Ukraine : Bruxelles envisage de durcir ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • UKRAINE

    L’armée ukrainienne progresse vers Lougansk

    En savoir plus

  • UKRAINE

    La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)