Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

FRANCE

"Interdire des manifestations pro-palestiniennes à Paris est irresponsable"

© Kenzo Tribouillard, AFP | Manifestation pro-palestinienne, à Paris, le 13 juillet.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2014

Malgré l’interdiction des manifestations pro-palestiniennes à Paris, plusieurs appels aux rassemblements samedi fleurissent sur Internet. Les organisateurs craignent des troubles. Et que le mouvement de soutien à Gaza ne soit décrédibilisé.

Au lendemain de la décision des autorités françaises d’interdire des manifestations de soutien aux Palestiniens prévues samedi 19 juillet à Paris et à Sarcelles (Val-d'Oise), plusieurs appels au rassemblement ont été lancés sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, de nombreux internautes proposent de braver l’interdiction en se réunissant samedi après-midi à Barbès, dans le 18e arrondissement de Paris.

"Les organisateurs ont pris acte de l’interdiction et s’y soumettront, mais il est certain que des jeunes vont venir. Il y aura une manifestation de fait", indique à France 24 Bernard Ravenel, ancien président de l’association France-Palestine Solidarité, qui craint des débordements. "Nous ne savons pas comment vont se comporter les manifestants et la police. Nous sommes très inquiets car sans organisateur, il n’y aura personne pour contrôler le comportement des participants. Cette interdiction est totalement irresponsable".

>> À lire sur France 24 : "Le désenchantement de l'intelligentsia israélienne"

La préfecture de police de Paris a interdit la manifestation pro-palestinienne en faisant valoir "le contexte de tension accrue". Elle a aussi invoqué "des risques graves de troubles à l'ordre public", à l'instar de François Hollande qui, depuis le Niger où il est en déplacement, a également mis en garde contre une "importation du conflit en France".

Dimanche 13 juillet, des incidents avaient éclaté devant deux synagogues, dont l'une située rue de la Roquette près de la Bastille, à la fin d'une manifestation pro-palestinienne ayant rassemblé 7 000 personnes selon la police, 30 000 selon les organisateurs.

"Cercle vicieux"

Dès l’annonce de l’interdiction, plusieurs organisations, à l’instar de la Ligue des droits de l'Homme (LDH), ont dénoncé "une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle et un déni de la réalité". Un autre défilé pro-palestinien, prévu dimanche à Sarcelles (Val-d'Oise), et un rassemblement pro-israélien organisé simultanément au même endroit par la Ligue de défense juive (LDJ), ont été interdits. D'autres manifestations prévues ce week-end dans plusieurs grandes villes, comme Lyon, Marseille, Toulouse ou encore Nantes, n’ont quant à elles été soumises à aucune interdiction.

>> À lire sur France 24 : "Que s'est-il vraiment passé rue de la Roquette le 13 juillet ?"

Après avoir introduit en vain plusieurs recours en urgence devant la justice administrative, les organisateurs de la manifestation parisienne ont demandé à pouvoir organiser un nouveau rassemblement mercredi prochain. "Mais tout dépend de l’issue du rassemblement de ce samedi, indique Bernard Ravenel. Si on assiste à des violences, nous n’obtiendrons certainement pas l’autorisation. C’est un cercle vicieux. On cherche à décrédibiliser le mouvement de soutien pro-palestinien en faisant passer les manifestants pour des Arabes excités et antisémites. Ce qui n’est pas du tout le cas. Et malheureusement, on ne parle maintenant plus que de ça. Et pas de ce qui se passe à Gaza." 

Depuis l’offensive terrestre lancée jeudi soir par Israël dans la bande de Gaza pour tenter de porter un nouveau coup aux forces du Hamas, 65 victimes ont été dénombrées côté palestinien. Samedi, 20 personnes ont péri sous de nouvelles frappes. Les deux dernières ont coûté la vie à un enfant de 6 ans à Beit Lahiya, dans le nord de l'enclave palestinienne, et à une personne au nord de la ville de Gaza. Au douzième jour de l’opération israélienne "Bordure protectrice", le bilan total s’élève à plus de 315 morts, notamment côté palestinien.

Première publication : 19/07/2014

  • FRANCE

    Interdiction des manifestations pro-palestiniennes à Paris et en banlieue

    En savoir plus

  • FRANCE

    Que s’est-il vraiment passé rue de la Roquette le 13 juillet ?

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Le désenchantement de l'intelligentsia israélienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)