Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-Orient

Manifestation en soutien à Gaza interdite à Paris : des dizaines d'interpellations

© Jacques Demarthon, AFP | Des manifestants pro-palestiniens ont affronté les forces de l’ordre près du métro Barbès-Rochechouart, à Paris

Vidéo par Johan BODIN

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 20/07/2014

2 000 et 3 000 personnes ont bravé l'interdiction et se sont rassemblées, samedi, dans le nord de Paris, en soutien aux Palestiniens de Gaza. Manifestants et forces de l'ordre se sont affrontés. Selon la police, 38 personnes ont été interpellées.

Gaz lacrymogènes, grenades assourdissantes, scènes de panique… La manifestation pro-palestinienne, interdite par les autorités, a tourné à l'émeute, samedi 19 juillet, à Paris. Rassemblées sur le boulevard Barbès, dans le 18e arrondissement, 2 000 à 3 000 personnes ont été bloquées par les policiers, déployés en grand nombre. Dans l’incapacité d’avancer vers le sud de la capitale, les manifestants ont défilé quelques minutes en direction du nord, en scandant "Israël assassin, Hollande complice" ou "Nous sommes tous des Palestiniens", avant d’être repoussés par les forces de l’ordre.

Des gaz lacrymogènes ont alors été tirés sur les manifestants, qui ont pour certains riposté en lançant pierres et projectiles, alors que d’autres incitaient à ne pas faire usage de la violence. Le rassemblement s’est ensuite dispersé dans les différentes artères du quartier, où plusieurs mouvements de foule ont été observés. Les forces de police ont alors rapidement bloqué la capacité de mouvement des personnes, via un impressionnant dispositif de CRS, mais aussi l’intervention musclée de policiers vêtus en civil.

Les commerçants, eux, ont fermé leur magasin, par précaution, certains cafés bloquant même leurs clients à l’intérieur. Des débordements ont ainsi eu lieu entre les 10e et 18e arrondissements parisiens. Des affrontements entre forces de l’ordre et manifestants voulant en découdre sont également survenus dans le 1er arrondissement.

À 21 heures samedi soir, selon la police, 38 personnes avaient été interpellées pour jets de projectiles, violences contre les forces de l'ordre et outrage. Quatorze policiers ont également été blessés mais le calme semblait peu à peu revenir dans le nord de Paris en début de soirée.

"La France est le seul pays qui a interdit une manifestation pro-palestinienne"

Plus tôt dans l’après-midi, au départ du rassemblement, la tension était palpable aux abords du métro Barbès-Rochechouart. Révoltés par l’interdiction de la manifestation, certains militants ont pris à partie les journalistes présents. "Toute cette interdiction repose sur du faux", a lancé Jeremy Durand, 27 ans. "Le traitement médiatique des incidents de la semaine dernière [lorsqu’une manifestation pro-palestinienne a dégénéré rue de la Roquette, à Paris, NDLR] est disproportionné. Par exemple, aujourd'hui certains brûlent des drapeaux israéliens, je ne le cautionne pas mais malheureusement c’est ce que les médias vont retenir."

"Écoutez : il n’y a aucun slogan anti-juifs", a pour sa part noté Boudgema, venu de Rouen pour battre le pavé. "Des juifs prennent aussi part à cette manifestation. Nous savons faire la distinction entre le sionisme et la judéité." Pour ce militant de 30 ans, la France est une triste exception. "La France le seul pays qui a interdit une manifestation pro-palestinienne. C’est tout à fait injuste et illégitime", a-t-il dénoncé, estimant que l’État français considérait la population arabo-musulmane comme l’"ennemi intérieur".

Plusieurs rassemblements en soutien aux Palestiniens de Gaza se sont déroulés dans le calme dans plusieurs autres grandes villes françaises, notamment Marseille (3 000 manifestants) ou Lyon (4 000 personnes). À Strasbourg ils étaient 1 300, selon la police, et quelque 1 500 à Avignon, selon l'AFP.

Retrouvez le déroulé des événements sur notre liveblogging :

Live Blog Live : Manifestation pro-palestinienne à Paris

Pour afficher le liveblog sur smartphones et tablettes, cliquez ici.

Première publication : 19/07/2014

  • FRANCE

    "Interdire des manifestations pro-palestiniennes à Paris est irresponsable"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Interdiction des manifestations pro-palestiniennes à Paris et en banlieue

    En savoir plus

  • FRANCE

    Que s’est-il vraiment passé rue de la Roquette le 13 juillet ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)