Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

Vol MH17 : "Le système de missile utilisé vient de Russie" affirme Kerry

© Bulent Kilic, AFP | Des séparatistes pro-russes bloquant l'accès au site du crash du Boeing de la Malaysia Airlines

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/07/2014

Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a déclaré que des indices laissaient penser à la responsabilité des séparatistes pro-russes dans la destruction du vol MH17, jeudi, en Ukraine. Ces derniers bloquent toujours l'accès au site du crash.

Les séparatistes pro-russes ont trouvé "certains matériels qui pourraient être les boîtes noires" de l'avion malaisien probablement abattu par un missile, jeudi 17 juillet, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé dimanche un de leurs chefs, Alexandre Borodaï.

Ce dernier a affirmé être prêt à les remettre aux experts internationaux chargés d'élucider les causes du crash, expliquant que les insurgés "n'avaient pas de spécialistes pour les analyser" et ne faisaient "pas confiance" aux experts du gouvernement ukrainien.

"Ils ramassent tous les indices", déplore un porte-parole du Conseil ukrainien de défense

Auparavant, les séparatistes avaient affiché leur intention d'envoyer les boîtes noires à Moscou pour qu'elles soient décryptées par des experts russes. L'un des deux enregistreurs de vol permettrait de réentendre les conversations de l'équipage et l'autre contiendrait toutes les données techniques du vol. Il est peu probable, en revanche, qu'elles puissent contenir des renseignements permettant de déterminer l'origine du tir qui a vraisemblablement détruit le Boeing 777 de la Malaysia Airlines, tuant les 298 passagers à bord.

>> À lire sur France 24 : Pourquoi les compagnies aériennes ne contournaient pas l’est de l’Ukraine ?

Pour le secrétaire d’État américain, John Kerry, le système de missile utilisé contre l'avion venait de Russie. Dans une interview accordée à la chaîne américaine CNN, il a indiqué que plusieurs indices laissaient penser à la responsabilité des séparatistes dans la destruction de l’avion.

Situation "grotesque" sur le site du crash

Le chef de la diplomatie américaine a également dénoncé la situation "grotesque" qui prévaut autour du site du crash de l’avion de la Malaysia Airlines, dont l’accès demeure sous le contrôle des pro-russes. "Il y a des informations selon lesquelles des séparatistes ont forcé des membres du personnel travaillant sur le site à transporter des corps à Donetsk [la plus grande ville de l’est de l’Ukraine], rapporte Gulliver Cragg, envoyé spécial de France 24. Mais ces informations sont impossible à vérifier puisque des séparatistes armés bloquent l’accès à la morgue de Donetsk."

>> À voir sur France 24 : Scènes de désolation sur le site du crash de l'avion de la Malaysia

De leur côté, le président français, François Hollande, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le Premier ministre britannique, David Cameron, ont convenu, dimanche, "d'exiger" du président russe, Vladimir Poutine, "qu'il obtienne des séparatistes ukrainiens" le "libre et total accès" à la zone du crash, selon un communiqué de l'Élysée.

"Si la Russie ne prend pas immédiatement les mesures nécessaires, les conséquences en seront tirées par l'Union Européenne à l'occasion du Conseil Affaires Etrangères qui se tiendra mardi, ajoute la présidence française. La Russie doit comprendre que le règlement de la crise ukrainienne est plus que jamais un impératif après cette tragédie qui a outragé le monde entier." 

La vente des Mistral français à la Russie fait débat

"Ici en Ukraine, la population a conscience que la tragédie est énorme et n’imagine pas que la communauté internationale ne réagisse pas. Au sein du gouvernement ukrainien et de la population soutenant l’unité du pays, on attend de l’Occident des actes qui vont au-delà des sanctions contre la Russie."

"En Ukraine, l'idée que la France vende ses Mistral à la Russie est inconcevable"

Ainsi, pour Kiev, la destruction du Boeing du vol MH17 marque un tournant qui devrait convaincre les Occidentaux de revoir sa politique vis-à-vis de Moscou. La France, qui doit vendre deux navires de guerre de type Mistral à la Russie, est particulièrement pointée du doigt. "Vue d’Ukraine, l’idée que la France puisse encore vendre ses Mistral à Moscou est tout simplement inconcevable, affirme Gulliver Cragg. Et la plupart des Ukrainiens sont choqués qu’il n’y ait pas encore de déclaration officielle de la France à propos des Mistral."

Avec AFP

Première publication : 20/07/2014

  • MALAYSIA AIRLINES

    Crash du vol MH17 : les séparatistes réclament une trêve avec Kiev

    En savoir plus

  • MALAYSIA AIRLINES

    Crash du vol MH17 : course contre la montre pour récupérer les corps

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crash du vol MH17 : une enquête sous haute tension

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)