Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 21/07/2014

"Boutefeux"

© France 24

Presse française, Lundi 21 juillet 2014. Au menu de cette revue de presse, les violences en marge des manifestations de soutien à Gaza, à Paris et à Sarcelles. Deux manifestations interdites par le gouvernement. Et l’intensification de l’offensive israélienne.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la Une de la presse française, ce matin, les violences qui ont émaillé les manifestations de soutien à la Palestine ce week-end, à Paris et à Sarcelles, en banlieue parisienne.
 
Ces deux manifestations, qui avaient été interdites, après les violents incidents parisiens du week-end précédent, ont dégénéré - à voir du côté du Figaro, qui évoque une «contagion de la violence». Le gouvernement dénonce «l’antisémitisme des émeutiers», et estime que ce qui vient de se passer «justifie d'autant plus le choix qui a été fait d'interdire»  ces deux manifestations.
 
«Gaza, guerre là-bas, poudrière ici», titre Libération, qui rappelle que les violences de ce week-end «sont le fait de minorités», que «la protestation politique est loin de concerner l’ensemble des musulmans de France», puisque «tout compris, les défilés pro-palestiniens ont réuni ces derniers jours environ 20 000 personnes, alors que les musulmans sont quelque 6 millions». «Chaque camp comporte ses extrémistes. C’est à la rigueur avec laquelle il les combat qu’on doit le juger».
 
Le choix d’interdire ces manifestations fait débat. Ceux qui s’y opposent font remarquer que les autres manifestations, autorisées, notamment à Marseille, se sont déroulées sans heurts. D’après Libération, l’UDI Yves Jégo, a parlé d’une «erreur» du gouvernement, qui n’a pas «su affirmer l’autorité de l’Etat».
 
L’interdiction était-elle une «provocation» qui a nourri les violences, comme l’a aussi affirmé une partie de la gauche? Pour les Echos, Manuel Valls se serait «piégé» lui-même. Le journal rappelle que la prochaine manifestation parisienne, prévue mercredi, vient, elle, d’être autorisée par la préfecture de police.
 
A Gaza, l’opération de l’armée israélienne contre le Hamas se poursuit. La journée d’hier a été la plus meurtrière depuis le début de l’offensive  militaire. Au moins 130 Palestiniens ont été tués pour la seule journée d’hier. Treize soldats israéliens sont morts. La Croix évoque une «fuite en avant» que rien ne semble pouvoir arrêter.
 
Pour l’Humanité, qui affiche son soutien à la cause palestinienne, ce qui est en train de se produire est «un crime de masse, signé Benyamin Netanyahou». Le journal dénonce l’inertie de la communauté internationale. «Dans ce jeu de Ponce Pilate, le gouvernement français s’est singularisé en prétendant interdire aux citoyens d’exprimer leur refus des tueries de Gaza, comme cela a été possible partout ailleurs». «Se saisir de la commémoration de la rafle du Vél’d’Hiv, comme l’a fait (hier) Manuel Valls, pour insinuer que ces manifestants pourraient être gagnés par le poison de l’antisémitisme, est une honte absolue».
 
Il est aussi question du crash du vol MH17, en Ukraine, très probablement abattu par un missile sol-air Bouk. D’après les Echos, les Etats-Unis apportent de plus en plus de preuves qui démontreraient la responsabilité des séparatistes prorusses dans l’attentat qui a coûté la vie à 298 passagers. «La Russie au banc des accusés», titre le journal, pour qui la crise ukrainienne est désormais à un «tournant».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus