Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pete Souza, ancien photographe à la Maison Blanche : "Obama a beaucoup d'humour"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Arnaud Danjean : "Les Européens doivent assumer leur sécurité de façon plus autonome"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Défense et sécurité : le couple franco-allemand seul au front ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

Amériques

"Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

© Capture d'écran Fox News | Le secrétaire d'État américain lors de son interview sur la chaîne Fox News

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/07/2014

Le secrétaire d'État américain s'est laissé surprendre dimanche par un micro resté branché à son insu entre deux interviews. Dans ses propos volés, il laisse transparaître une irritation à l'égard de la politique israélienne à Gaza.

Toujours se méfier d’un micro. Le secrétaire d'État américain John Kerry s’est laissé surprendre par un micro resté branché à son insu, juste avant d’être interviewé dans l’émission "Fox News Today". Alors qu’il s’adresse à Jonathan Finer, un responsable du département d'État avec qui il évoquait les soldats israéliens tués à Gaza, il laisse transparaître son irritation : "J'espère qu'ils ne vont pas considérer cet événement comme une invitation à en faire plus !", a-t-il dit. "Il serait mieux qu'ils le prennent comme un avertissement". 

Visiblement affecté par la mort des 500 Palestiniens tués depuis le début de l’offensive israélienne, le 8 juillet, le secrétaire d'État s'exclame ensuite : "Quelle opération ciblée, en effet, quelle opération ciblée !", visiblement choqué. "Il faut qu'on y aille", poursuit John Kerry sur l'enregistrement. "Je crois, Jon, que nous devrions y aller ce soir. C'est de la folie de rester ici à ne rien faire. Allons-y."
 
Mais à l’antenne, lors de l’interview par l’animateur Chris Wallas qui lui demandait de s’expliquer sur ses propos, Kerry a réitéré le droit d'Israël à l'auto-défense : "Il y a des gens qui sont sortis de tunnels. On a le droit d'y entrer et d'enlever ces tunnels. Nous soutenons cela totalement. Et nous soutenons le droit d'Israël à se défendre contre les tirs de roquettes qui continuent", explique le secrétaire d’État. Et d’insister : "La guerre, c'est rude, et je l'ai dit publiquement. Nous défendons le droit d'Israël de faire ce qu'il fait pour s'attaquer à ces tunnels", a encore estimé le secrétaire d'État.
 
Pour se justifier, John Kerry sort quelques instants de son rôle de secrétaire d’État. "C'est dur, ce type d'opération. J'ai évidemment réagi de la manière... dont on réagit avec respect vis-à-vis de jeunes enfants et de civils", plaide-t-il, avant d’exhorter le Hamas à accepter le cessez-le-feu, pour "sauver des vies". "Le Hamas a commencé à lancer les tirs de roquettes après qu'Israël a tenté de trouver ceux qui avaient tué trois jeunes - il y avait un gamin qui était aussi Américain -, trois jeunes citoyens israéliens. C'est honteux."
 
Kerry s'est rendu en Égypte lundi, pour des négociations de paix sur Gaza, après l'appel du président américain, Barack Obama, à un "cessez-le-feu immédiat entre Israël et les Palestiniens. 
 
Avec AFP 

Première publication : 21/07/2014

  • PROCHE-ORIENT

    Vidéo : dans le nord de Gaza, les populations paient le prix fort de la guerre

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Le Hamas revendique une incursion en Israël

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    En images : l'offensive israélienne sur Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)