Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

EUROPE

Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

© Philippe Lopez, AFP | Photo de missiles d'achives

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/07/2014

Le ministère russe de la Défense a affirmé, lundi, ne pas avoir vendu de missile aux séparatistes pro-russes. L'État-major russe soupçonne par ailleurs Kiev d'avoir abattu l'avion de la Malaysia Airlines avec un avion ukrainien SU-25.

Face aux soupçons émis par la communauté internationale sur la responsabilité de la Russie dans le crash du Boeing de la Malaysia Airlines, Moscou se défend. Son État-major a affirmé, lundi 21 juillet, n’avoir jamais fourni de systèmes de missiles sol-air Buk aux insurgés pro-russes.

"La Russie n'a pas fourni aux insurgés des systèmes de missiles Buk ou d'autres types d'armement et de matériel militaire", a affirmé le général Andreï Kartapolov de l'État-major des forces russes au cours d'une conférence de presse. Ces déclarations font suite aux accusations de l'Ukraine et des États-Unis selon lesquelles le vol MH17 aurait été abattu avec un missile sol-air SA-11, de fabrication russe, tiré d'une zone tenue par les séparatistes.

L’État-major russe ne s’est d’ailleurs pas contenté de se défendre. Il a, à son tour, mis en cause l’armée ukrainienne. Le ministère russe de la Défense a souligné, lundi, qu'un chasseur ukrainien avait volé à une distance de trois à cinq kilomètres du Boeing de la Malaysia Airlines jeudi dernier, lorsque l'avion s'était écrasé dans l'est de l'Ukraine avec ses 298 occupants.

"On a observé la montée d'un avion ukrainien SU-25 en direction du Boeing malaisien qui se trouvait alors à une distance de 3 à 5 km. Le SU-25 peut atteindre une altitude de 10 000 mètres. Il dispose de missiles air-air qui peuvent tirer jusqu'à 12 km et garantissent la destruction d'un objectif jusqu'à 5 km", a déclaré le général Andreï Kartapolov de l'état-major des forces russes au cours d'une conférence de presse à Moscou. "Nous nous posons la question : dans quel but un avion de chasse faisait-il un vol à cette altitude et en même temps qu'un avion civil ?", a-t-il poursuivi.

"Erreur de pilotage ou un ordre" de Kiev ?

Le général a, en outre, avancé d'autres éléments susceptibles d'accuser les forces ukrainiennes. "Après Donetsk, l'avion malaisien a changé de cap, et s'est écarté de son corridor vers la gauche jusqu'à 14 km. Il a ensuite tenté de revenir dans ce corridor, mais n'a pas réussi à accomplir cette manœuvre jusqu'au bout. À 17H20, on a observé une baisse sensible de sa vitesse et à 17H23, il a disparu des écrans radar des contrôleurs russes. Question : pourquoi est-il sorti de son corridor, est-ce une erreur de pilotage ou un ordre donné par les aiguilleurs du ciel ukrainiens", a ajouté le général Kartapolov.

Le général a enfin affirmé que des missiles sol-air des forces ukrainiennes, capables d'abattre une cible à 35 km de distance, étaient positionnés non loin de Donetsk le jour de la catastrophe. "Pourquoi ces forces ukrainiennes se trouvaient-elles à cet endroit et contre qui étaient dirigées ces armes antiaériennes alors que tout le monde savait que les combattants [séparatistes] n'avaient pas d'aviation", a-t-il poursuivi.

Moscou a demandé des explications à Kiev, qui a répondu s'en tenir à ses informations, selon lesquelles les rebelles ont reçu de la Russie un système de missiles anti-aériens, très probablement avec une équipe chargée de le faire fonctionner.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 21/07/2014

  • UKRAINE

    L’armée ukrainienne tente de reprendre le contrôle de Donetsk

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crash du Vol MH17 : Kiev prêt à confier l'enquête aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Vol MH17 : "Le système de missile utilisé vient de Russie" affirme Kerry

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)