Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Moscovici : "Je veux que le 5 décembre, nous ayons une "liste noire" de paradis fiscaux"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Liberté de la presse : les crimes contres les journalistes européens impunis?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Guerre de Bosnie-Herzégovine : le procès de Ratko Mladic touche à sa fin

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Proche-Orient : le processus de réconciliation Fatah-Hamas en bonne voie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 22/07/2014

"Compatriotes"

© France 24

Presse française, Mardi 22 juillet 2014. Au menu de cette revue de presse, l’appel au calme et au dialogue lancé par les représentants juifs et musulmans de France, après les violences qui ont émaillé les manifestations pro-palestiniennes interdites de Paris et Sarcelles, ce week-end.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la Une de la presse française, ce matin, la tentative d’apaisement des responsables juifs et musulmans français, après les violents débordements, ce week-end, des manifestations de soutien à Gaza, à Paris et à Sarcelles.
 
L’imam Hassen Chalgoumi et le président du Crif, Roger Cukierman, lancent un appel au calme, au dialogue - à voir à la Une du Parisien. Evoquant les violences de samedi et dimanche, Roger Cukierman parle d’un «choc», d’une utilisation du conflit israélo-palestinien comme  «prétexte» pour attaquer les juifs: «Je n’ai vu aucun (des jeunes auteurs des violences), protester devant l’ambassade de Syrie contre les 170 000 morts dans ce pays». Hassen Chalgoumi, lui, dénonce «la petite minorité» qui selon lui a «sali la cause palestinienne». S’ils divergent sur la décision d’interdire les manifestations, tous deux se rassemblent sur la nécessité, pour les juifs et les musulmans, de se parler: «On a le droit de ne pas être d’accord sur le conflit au Proche-Orient, mais on peut en débattre», «Nous sommes une même famille, nous sommes des compatriotes nous vivons ensemble».
 
Un appel au calme relayé par le gouvernement. Dans le Parisien, toujours, Manuel Valls appelle les Français à «se rassembler autour des valeurs républicaines». Il confirme que la manifestation prévue demain à Paris a été autorisée, car «le parcours a été discuté et des gages de sécurité ont été donnés».
 
Volonté d’apaisement et, selon les Echos, volonté de François Hollande de «rééquilibrer son discours en faveur des Palestiniens». Pour le journal, le chef de l’Etat «joue gros dans la façon dont vont se dérouler les manifestations à venir»: «impopulaire, il ne peut se permettre de faux pas sur le seul terrain où il est jusqu’ici peu contesté, le terrain international».
 
Le président a reçu, hier, six représentants des cultes pour leur rappeler la «nécessité d’apaiser la situation, de n’accepter aucun débordement». Le Figaro parle d’un pays «en état de choc», de «Français (qui) observent de plus en plus fréquemment des déchaînements de violence hors norme, qui conduisent des jeunes gens issus de l’immigration (Afrique du Nord et Afrique subsaharienne) à tout brûler, à tout briser et à tout piller. La haine du Juif les habite, c’est indéniable. Mais pas seulement elle». «Nos compatriotes découvrent jour après jour que leur pays abrite de plus en plus de Français qui détestent la France».
 
La violence du conflit israélo-palestinien explose. L’Humanité titre: «Les Palestiniens ont besoin de la solidarité du monde».
 
Libération évoque à la Une «le calvaire de Gaza». «Certes, d’autres massacres dans cette région, autrement plus meurtriers, suscitent moins de protestations, mais justement: Israël se targue à raison d’être une démocratie. Les exigences qui s’imposent à elle sont plus grandes. Il est temps de de renouer les fils d’une négociation globale pour aboutir à la seule solution viable à long terme: la coexistence de deux Etats souverains, israélien et palestinien».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/11/2017 sécurité

"Mugabe veut mourir sur scène"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 20 novembre, le refus de Robert Mugabe de quitter le pouvoir malgré la pression de ses compatriotes, de l’armée, et de son...

En savoir plus

20/11/2017 Revue de presse française

"Angela Merkel, le camouflet"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 20 novembre, l’échec des tractations menées par Angela Merkel pour former un nouveau gouvernement. Emmanuel Macron face à la...

En savoir plus

17/11/2017 COP23

Environnement : "Non, il n'est pas trop tard"

Dans cette revue de presse française du 17 novembre : il n'est pas trop tard pour sauver la planète, c'est le cri d'alarme - et du cœur - de Libération. Au programme aussi : le...

En savoir plus

17/11/2017 Zimbabwe

"La fin est proche" pour Mugabe

Que va-t-il se passer au Zimbabwe, se demande-t-on ce vendredi matin dans la revue de presse internationale. Également au programme : les mains baladeuses d'un sénateur américain...

En savoir plus

16/11/2017 Revue de presse internationale

"Bye bye, Disgrace Mugabe"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 16 novembre, la mise en résidence surveillée de Robert Mugabe, après le coup de force de l’armée zimbabwéenne. L’invitation...

En savoir plus