Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Pour éviter l'Ukraine, un avion de Malaysia Airlines passe au-dessus de la Syrie

AFP

Un avion de la Malaysia Airlines le 21 juillet 2014 sur le tarmac de l'aéroport de Sepang à Kuala LumpurUn avion de la Malaysia Airlines le 21 juillet 2014 sur le tarmac de l'aéroport de Sepang à Kuala Lumpur

Un avion de la Malaysia Airlines le 21 juillet 2014 sur le tarmac de l'aéroport de Sepang à Kuala LumpurUn avion de la Malaysia Airlines le 21 juillet 2014 sur le tarmac de l'aéroport de Sepang à Kuala Lumpur

Malaysia Airlines a dévié au-dessus de la Syrie un de ses vols pour éviter l'espace aérien ukrainien après le crash d'un de ses appareils, a confirmé la compagnie aérienne, qui souligne que cette route était en accord avec les réglementations internationales.

Le vol MH4, allant de Londres à Kuala Lumpur, a suivi un trajet approuvé par l'Organisation de l'aviation civile internationale (ICAO), a indiqué la compagnie nationale dans un communiqué publié lundi soir.

"L'espace aérien syrien n'était pas soumis à des restrictions. Tout au long du trajet, le MH004 était dans un espace aérien approuvé par l'ICAO", a-t-elle ajouté.

Depuis le crash du Boeing de Malaysia Airlines (vol MH17) jeudi dans l'est de l'Ukraine, abattu très probablement par un missile, des dizaines de compagnies ont modifié leurs plans de vol pour éviter cette région proche de la frontière russe, en proie au conflit entre séparatistes prorusses et forces loyalistes.

L'Airbus A380 qui assure la liaison Londres-Kuala Lumpur (nom de code MH4) a survolé dimanche la Syrie, pays ravagé par la guerre civile sur le terrain et dans les airs, avait révélé lundi Flightradar24, le site de consultation en temps réel du trafic aérien dans le monde.

"Selon nos connaissance, le MH4 était le seul vol transcontinental à avoir survolé la Syrie", écrivait-il écrit sur son compte Twitter.

Flightradar24 note que le MH4 de lundi était en revanche passé à l'est de l'espace aérien syrien, lui préférant l'espace aérien turc.

La décision de Malaysia Airlines a suscité la stupéfaction et l'incrédulité sur les réseaux sociaux. "Mais qu'est ce qui ne tourne pas rond avec ces gars? Les Malaisiens volent maintenant au-dessus de la Syrie", écrit un internaute sur son compte Twitter. "Vous voulez perdre un autre avion?", s'interroge un autre.

Le MH17 de Malaysia Airlines assurait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur. Il transportait jeudi 298 personnes, dont 193 Néerlandais. L'appareil s'est écrasé, abattu très probablement par un missile sol-air, tiré selon les Etats-Unis depuis la zone sous contrôle des rebelles prorusses.

C'est le 2e avion de ligne perdu par Malaysia Airlines en quatre mois, après la disparition du MH370 qui reliait Kuala Lumpur à Pékin. Aucun débris n'a été retrouvé mais les experts estiment que l'appareil s'est abîmé dans le sud de l'océan Indien.

La compagnie aérienne publique et le gouvernement malaisien avaient défendu la décision de maintenir les vols au-dessus de l'Ukraine, y compris après l'aggravation de la crise, rappelant que plusieurs grandes compagnies aériennes faisaient de même et que l'ICAO estimait la route sûre.

Plusieurs compagnies avaient cependant modifié leur trajet depuis des semaines, pour contourner les cieux ukrainiens.

Outre la Syrie et l'Ukraine, les conflits dans d'autres pays, comme par exemple l'Afghanistan, rendent difficile de suivre des routes aériennes exemptes de survol de pays en guerre, alors que le trafic aérien est déjà très dense.

Première publication : 22/07/2014