Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Asie - pacifique

Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

© Romeo Gacad, AFP | Le candidat réformateur Joko Widodo a devancé l’ex-général Prabowo Subianto.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/07/2014

Les résultats officiels de la présidentielle indonésienne donnent Joko Widodo, le candidat réformateur, vainqueur. Son adversaire, l’ex-général Prabowo Subianto, a dénoncé des "fraudes massives", mais ne conteste pas la victoire de Widodo.

Le gouverneur de Jakarta et réformateur Joko Widodo a remporté l'élection présidentielle en Indonésie, première économie d'Asie du Sud-Est, avec quelque 53 % des suffrages, selon le comptage final de la commission électorale, cité mardi 22 juillet par des médias locaux.

Son rival, l'ex-général controversé Prabowo Subianto, a recueilli environ 47 % des suffrages, selon ces résultats qui doivent être annoncés comme définitifs par la commission électorale mardi vers 20 heures (13 heures GMT).

Avant que ce comptage final ne soit connu, Prabowo Subianto a annoncé qu'il se retirait du processus, et a accusé le camp de son rival de "fraudes massives, structurées et systématiques".

"Nous allons user de notre droit constitutionnel pour rejeter l'élection présidentielle de 2014 qui est juridiquement invalide, et nous nous retirons donc du processus en cours", a déclaré Prabowo.

Mais quelques heures après cette première déclaration, l'ex-général a fait savoir, par son avocat, qu'il ne contesterait pas les résultats du vote devant la Cour Constitutionnelle. 

Joko Widodo - surnommé Jokowi - et Prabowo Subianto, s’étaient tous les deux proclamés vainqueurs après la fermeture des bureaux de vote, tandis que des estimations fiables avaient donné près de 53 % des suffrages au gouverneur de Jakarta, contre un peu plus de 47 % à son rival.

Les tensions sont ensuite allées croissantes, en raison de multiples accusations de fraudes et de tricherie de part et d'autre, à l'issue de l'élection la plus polarisée depuis la chute du dictateur Suharto, en 1998, marquée par des violences qui avaient fait des dizaines de morts.

Plus de 250 000 policiers ont été mobilisés à travers le pays pour l'annonce des résultats, dont un peu plus de 3 000 rien que pour assurer la sécurité du bâtiment de la commission électorale, au centre de Jakarta.

Nouvelle génération d’hommes politiques

L'élection de Jokowi, un ancien vendeur de meubles issu d'un milieu modeste, sans lien avec le régime autocratique du passé, marque l'avènement d'une nouvelle génération d'hommes politiques dans le plus grand pays musulman au monde, avec près de 250 millions d'habitants.

Joko Widodo a affirmé vouloir poursuivre les réformes démocratiques de l'ère post-Suharto (1967-1998). Âgé de 53 ans, il a connu une ascension fulgurante en politique, après être devenu maire d'une ville d'un demi-million d'habitants en 2005, puis gouverneur de Jakarta en 2012.

Par contraste, Prabowo Subianto est un ancien gendre de Suharto. Il a reconnu avoir enlevé des militants pro-démocratie dans les années 1990. L'ancien militaire de 62 ans, qui a fait fortune dans les affaires, a estimé récemment que la démocratie telle qu'elle était conçue en Occident n'était "pas adaptée à l'Indonésie".

Les investisseurs dans la première économie d'Asie du Sud-Est espéraient une victoire de Jokowi, considéré comme un dirigeant honnête qui n'a été jusqu'ici impliqué dans aucune affaire judiciaire, contrairement à beaucoup d’hommes politiques de ce pays, l'un des plus corrompus au monde.

Outre la lutte contre la corruption, Jokowi devra entreprendre des réformes impopulaires, comme l'amélioration de la faible productivité de la main-d'œuvre ou la réduction des subventions sur l'essence - son prix est l'un des plus bas de la région -, afin de relancer l'économie. Le taux de croissance, autour de 6 % depuis une décennie, est en léger ralentissement depuis un an.

Avec AFP
 

Première publication : 22/07/2014

  • INDONÉSIE

    Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    Pourquoi les symboles nazis ont-ils le vent en poupe en Indonésie ?

    En savoir plus

  • INDONÉSIE

    En images : éruption volcanique spectaculaire en Indonésie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)