Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Le Foll défend l'interdiction des manifestations pro-palestiniennes

AFP

Devanture d'un commerce incendié à Sarcelles, le 21 juillet 2014 au lendemain des affrontements qui ont eu lieu dans cette ville entre pro-palestiniens et forces de l'ordreDevanture d'un commerce incendié à Sarcelles, le 21 juillet 2014 au lendemain des affrontements qui ont eu lieu dans cette ville entre pro-palestiniens et forces de l'ordre

Devanture d'un commerce incendié à Sarcelles, le 21 juillet 2014 au lendemain des affrontements qui ont eu lieu dans cette ville entre pro-palestiniens et forces de l'ordreDevanture d'un commerce incendié à Sarcelles, le 21 juillet 2014 au lendemain des affrontements qui ont eu lieu dans cette ville entre pro-palestiniens et forces de l'ordre

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a défendu mardi l'interdiction le week-end dernier des manifestations pro-palestiniennes qui ont dégénéré, soulignant que de nombreux rassemblements étaient autorisés dès lors qu'ils répondaient aux conditions requises "en termes de sécurité et de non-expression de la haine."

"Une décision d'interdiction a été prise suite à des violences. Ces manifestants, pour ceux qui ont exprimé la haine qu'on a vu dans toutes les images, voulaient de toute façon faire ces démonstrations intolérables et insupportables. C'est pourquoi la décision a été prise", a déclaré M. Le Foll sur RMC et BFMTV.

"D'autres manifestations se sont passées dans le calme. Chacun a le droit de manifester, d'exprimer ce qu'il ressent, c'est légitime et démocratique et en même temps, on ne peut pas accepter ce qui s'est passé", a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

"Si les manifestants souhaitent organiser une manifestation qui réponde aux questions posées en termes de sécurité et surtout de non-expression de la haine, alors les manifestations sont autorisées", a-t-il souligné.

Pour M. Le Foll, interrogé sur les critiques adressées au gouvernement dans cette affaire, "on confond ce qui est la cause avec ce qui est une conséquence. La cause, ce sont les violences. Ce qui est en cause, c'est l'expression de la haine. (...) On est dans une société aujourd'hui où il y a une radicalité qui s'exprime et cherche jusqu'au bout à contester le vivre-ensemble et l'ordre de la République."

Interrogé sur la position du député PS Alexis Bachelay, qui a demandé la levée de l'interdiction des manifestations et aurait évoqué un procédé "liberticide", selon BFMTV, M. Le Foll a répondu: "j'aimerais bien que M. Bachelay s'exprime d'abord sur ce qui s'est passé, sur ce qui a été dit (dans ces manifestations, NDLR) plutôt que de refaire des commentaires. Personne ne peut envisager un seul instant l'idée (que le gouvernement est) liberticide. Comment peut-on faire un commentaire pareil? Je trouve ça parfaitement inadmissible de la part de ce député."

Première publication : 22/07/2014