Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

Livraison des navires à la Russie: "un faux débat mené par des faux-culs" pour Cambadélis

AFP

Le navire Vladivostok, un des deux bateaux Mistral qui sera livré par la France à la Russie, le 5 mars 2014 à Saint-NazaireLe navire Vladivostok, un des deux bateaux Mistral qui sera livré par la France à la Russie, le 5 mars 2014 à Saint-Nazaire

Le navire Vladivostok, un des deux bateaux Mistral qui sera livré par la France à la Russie, le 5 mars 2014 à Saint-NazaireLe navire Vladivostok, un des deux bateaux Mistral qui sera livré par la France à la Russie, le 5 mars 2014 à Saint-Nazaire

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a défendu mardi la position de François Hollande au sujet de la livraison des navires Mistral à la Russie, question qu'il a qualifiée de "faux débat mené par des faux-culs."

Le chef de l'Etat a indiqué lundi soir devant des journalistes que la livraison du 2e Mistral à la Russie "dépendra de l'attitude" de Moscou dans le conflit ukrainien. S'agissant du premier bâtiment, "le marché a été conclu en 2011, le bateau est quasiment achevé et doit être livré en octobre", faute de quoi "il faudrait qu'on rembourse 1,1 milliard d'euros" aux Russes, a-t-il affirmé.

Cette livraison à la Russie est critiquée en France mais aussi à l'étranger, notamment par le Premier ministre de Grande-Bretagne David Cameron.

"C'est un faux débat mené par des faux-culs. Ce n'est pas cela qui va amener Poutine à infléchir sa position", a rétorqué M. Cambadélis mardi sur i>TELE.

Quant à "David Cameron, quand on voit le nombre d'oligarques qui sont réfugiés financièrement à Londres, on devrait commencer par balayer devant sa porte", a balayé le député de Paris.

François Hollande "ne recule pas, il livre le premier (Mistral) malgré le fait qu'on lui demande de ne pas le faire et il dit, pour le second, +ça dépendra de la manière dont vous vous comporterez+. C'est une manière de faire pression sur M. Poutine. Tout le monde devrait en faire autant", a analysé M. Cambadélis.

Quelque 400 marins russes sont arrivés il y a trois semaines à Saint-Nazaire pour se former à l'utilisation des deux navires, dont la construction représente 500 emplois pour les chantiers navals du port de Loire-Atlantique.

Première publication : 22/07/2014