Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Mariage forcé: 700 millions de femmes concernées, l'Unicef appelle à agir

AFP

Une jeune fille ayant échappé à un mariage forcé témoigne, le 12 décembre 2013, dans la vallée de Swat au PakistanUne jeune fille ayant échappé à un mariage forcé témoigne, le 12 décembre 2013, dans la vallée de Swat au Pakistan

Une jeune fille ayant échappé à un mariage forcé témoigne, le 12 décembre 2013, dans la vallée de Swat au PakistanUne jeune fille ayant échappé à un mariage forcé témoigne, le 12 décembre 2013, dans la vallée de Swat au Pakistan

Plus de 700 millions de femmes dans le monde ont été mariées alors qu'elles étaient enfants, dénonce mardi le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) qui organise à Londres une conférence sur la lutte contre les mariages forcés et l'excision.

Baptisée "Girl Summit 2014", cette conférence coorganisée avec le Premier ministre britannique David Cameron, est la première du genre, selon l'Unicef.

Elle vise à rallier des soutiens à travers le monde afin de mettre un terme aux mariages forcés et à l'excision, qui touche plus de 130 millions de femmes et fillettes dans le monde.

Selon de nouveaux chiffres de l'organisation onusienne, parmi les 700 millions de femmes victimes de mariage forcé, plus d'une sur trois (250 millions) l'ont été alors qu'elles n'avaient pas 15 ans.

Concernant les mutilations génitales particulièrement pratiquées dans 29 pays d'Afrique et du Moyen-Orient, l'Unicef note une amélioration de la situation, affirmant que le risque pour une adolescente de subir une excision s'est réduit d'un tiers en 30 ans.

"Mais sans des actions immédiates beaucoup plus intenses et soutenues de la part de tous les acteurs de la société, des centaines de millions de filles vont continuer à subir des blessures profondes, permanentes et tout à fait inutiles", a mis en garde l'Unicef.

"Les filles ne sont la propriété de personne, elles ont le droit de choisir leur destinée. Quand elles le font, tout le monde en bénéficie", a déclaré le directeur général de l'Unicef, Anthony Lake dans un communiqué.

Le gouvernement britannique doit annoncer dans la journée une nouvelle législation afin de poursuivre au Royaume-Uni les parents qui n'empêchent pas leur fille d'être excisée.

Début juillet, un rapport du Parlement britannique avait qualifié de "scandale national" l'échec des autorités britanniques à lutter contre l'excision qui concerne au Royaume-Uni 170.000 femmes.

"Je veux construire un avenir meilleur pour toutes nos filles et j'accueille aujourd'hui le +Girl Summit+ pour que nous puissions dire d'une seule voix: finissons-en une fois pour toute avec ces pratiques", a déclaré David Cameron, ajoutant que "toutes les filles ont le droit de vivre libre de toute violence et coercition".

Les mutilations génitales féminines impliquent toutes les interventions consistant à enlever totalement ou partiellement les organes génitaux externes de la femme pour des raisons culturelles ou religieuses.

Elles peuvent provoquer de graves hémorragies et des problèmes urinaires, et par la suite des kystes, des infections, la stérilité, des complications lors de l'accouchement.

Première publication : 22/07/2014