Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Netflix confirme son arrivée en septembre en France et cinq autres pays

AFP

Le logo de Netflix au siège social du service américain de vidéo en ligne, le 13 avril 2011 à Los Gatos, en CalifornieLe logo de Netflix au siège social du service américain de vidéo en ligne, le 13 avril 2011 à Los Gatos, en Californie

Le logo de Netflix au siège social du service américain de vidéo en ligne, le 13 avril 2011 à Los Gatos, en CalifornieLe logo de Netflix au siège social du service américain de vidéo en ligne, le 13 avril 2011 à Los Gatos, en Californie

Le service américain de vidéo à la demande Netflix a confirmé lundi son arrivée en France ainsi que dans cinq autres pays européens en septembre, en marge de ses résultats trimestriels.

"En septembre, nous lancerons Netflix en Allemagne, France, Autriche, Suisse, Belgique et au Luxembourg", écrit le groupe dans sa lettre trimestrielle à ses actionnaires.

"Ce lancement sur des marchés comptant plus de 60 millions de ménages avec un accès (internet) à haut débit va augmenter de manière importante notre présence européenne et amener le marché international que nous pouvons toucher à plus de 180 millions de ménages avec un accès haut débit", ajoute le groupe.

L'arrivée de Netflix soulève notamment beaucoup de questions en France, où les groupes de télévisions sont obligés d'apporter une participation financière à la production dans le pays. Cela crée des inquiétudes à la fois sur le financement du cinéma français, mais aussi sur une potentielle concurrence déloyale de Netflix face aux groupes de télévision existants: le groupe américain est soupçonné de vouloir contourner la législation française en offrant ses services depuis un autre pays européen.

"Nous n'essayons pas de contourner quoi que ce soit", a affirmé le directeur général de Netflix, Reed Hastings, lors d'une question à ce sujet posée lors d'une téléconférence pour les analystes.

"Nous cherchons à faire des investissements en France", a-t-il assuré, évoquant la possibilité d'une "grosse production française" qui pourrait aussi être exportée à l'étranger.

"Nous voulons donner aux contenus français une voie pour sortir partout dans le monde", a-t-il encore dit, ajoutant vouloir aussi apporter aux consommateurs français "de la variété comme des émissions télévisées américaines, des choses qui historiquement ont été sous-distribuées" dans le pays.

- 50 millions d'utilisateurs -

Netflix avait lancé son premier service de vidéo en streaming (visionnage en direct sur internet) en 2007 aux Etats-Unis, mais sa croissance a explosé ces dernières années pour en faire l'un des premiers sites de vidéo en ligne dans le monde.

Il a annoncé lundi avoir franchi pour la première fois la barre des 50 millions d'abonnés, avec 50,05 millions d'utilisateurs fin mars répartis entre 40 pays.

La grosse majorité (35,67 millions) reste aux Etats-Unis, mais Netflix est aussi présent en Amérique Latine et a beaucoup investi ces dernières années en Europe, où il s'est lancé en 2012 au Royaume-Uni, en Irlande, au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Suède, puis en 2013 aux Pays-Bas.

Au deuxième trimestre, Netflix a enregistré un bénéfice net de 71 millions de dollars, plus que doublé comparé aux 29,5 millions dégagés un an plus tôt.

Son chiffre d'affaires a bondi sur la même période de 25% à 1,34 milliard de dollars.

Le groupe met cette performance sur le compte de ses contenus originaux "en constante amélioration", et notamment le lancement ce trimestre de la deuxième saison de sa série en milieu carcéral "Orange is the new black".

Cette dernière est devenue "la série la plus regardée dans toutes les régions où Netflix est présent, beaucoup de membres regardant pour la première fois ou revisionnant la saison 1 en plus des 13 nouveaux épisodes de la saison 2", assure-t-il.

Le chiffre d'affaires trimestriel est en ligne avec les prévisions des analystes, mais le bénéfice par action, qui sert de référence à Wall Street, est inférieur d'un cent à leurs attentes, à 1,15 dollar, tout comme les prévisions du groupe pour le troisième trimestre en cours.

Dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New-York, l'action Netflix grappillait 0,68% à 455,01 dollars vers 22H15 GMT.

Première publication : 22/07/2014