Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Polynésie: le président Gaston Flosse en garde à vue à Papeete

AFP

Le président de la Polynésie française Gaston Flosse le 8 avril 2010 à PapeeteLe président de la Polynésie française Gaston Flosse le 8 avril 2010 à Papeete

Le président de la Polynésie française Gaston Flosse le 8 avril 2010 à PapeeteLe président de la Polynésie française Gaston Flosse le 8 avril 2010 à Papeete

Le président de la Polynésie française Gaston Flosse a été placé en garde à vue, lundi matin à Papeete, dans une enquête sur le financement du chantier d'un hôpital, a indiqué par communiqué son service de communication.

Le président Flosse, également sénateur (dvd, ex-UMP), est soupçonné de corruption dans cette affaire.

En 2003, le gouvernement Flosse avait attribué le chantier de l'hôpital de Taaone à une société de gros-oeuvre, la SMPP, sans appel d'offre, selon des sources judiciaires, qui estiment ce contrat à "plus de 5 milliards de francs Pacifique" (42 millions d'Euros).

Quelques semaines plus tard, Robert Bernut, qui dirigeait la SMPP, avait vendu l'hôtel du Taharaa à Reginald Flosse, à "un prix dérisoire" selon les mêmes sources. De plus, Reginald Flosse n'a finalement jamais payé ce qu'il devait à Robert Bernut.

Le juge d'instruction Philippe Stelmach soupçonne Gaston Flosse d'avoir fait pression sur le directeur de l'EAD, chargé de l'attribution du marché de l'hôpital, pour qu'il choisisse la SMPP.

Reginald Flosse et Robert Bernut sont mis en examen pour corruption.

Gaston Flosse, 83 ans, est entendu depuis lundi à 7h00 du matin, sous le régime de la garde à vue, dans les locaux de la section de recherches de la gendarmerie, à Papeete. Son immunité parlementaire avait été levée en avril dans cette affaire.

Pour la Présidence de la Polynésie française, "le choix de placer le Président en garde à vue à la gendarmerie ne peut que procéder d?une mesure délibérée d?humiliation". Le communiqué suggère un "esprit de revanche" qui animerait le juge d'instruction après l'annulation d'une autre procédure.

L'affaire Haddad-Flosse, instruite par le juge Stelmach, a en effet été annulée en appel le mois dernier.

- Cour de cassation -

L'hôpital du Taaone est entré en service en 2010. C'est un fleuron architectural et sanitaire dans un océan Pacifique souvent dépourvu de soins modernes. L'hôtel du Taharaa n'a jamais rouvert depuis qu'il a été racheté. Selon la justice, la SMPP est en cessation de paiement, et a aujourd'hui plus de huit millions d'Euros de dettes.

Gaston Flosse, également sous le coup d'une condamnation en appel, le 7 février 2013, à quatre ans d'emprisonnement avec sursis, 125.000 euros d'amende et trois ans d'inéligibilité pour prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics, pourrait voir sa carrière s'arrêter mercredi si la Cour de cassation confirme son inéligibilitée.

Le sénateur s'est pourvu en cassation et lors de l'examen du dossier, fin juin, l'avocat général, Gilles Lacan, a recommandé le rejet de ce pourvoi.

Si la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire suit les réquisitions du parquet général, Gaston Flosse sera privé de tous ses mandats, ce qui, à 83 ans, pourrait bien signifier la fin de sa longue carrière politique.

Il a été élu cinq fois (mais pas successivement) président du gouvernement de la Polynésie française depuis 1984.

Outre la procédure devant la Cour de cassation, Gaston Flosse est également poursuivi pour complicité par instruction et détournement de fonds, dans une affaire d'atoll acquis par la Polynésie française à un prix surévalué.

Première publication : 22/07/2014