Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

FRANCE

À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

© Stéphane de Sakutin, AFP | Rassemblement multiconfessionnel à Sarcelles.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/07/2014

Au lendemain des violences qui ont émaillé une manifestation pro-palestinienne interdite à Sarcelles, des responsables religieux, dont le grand rabbin de France et l'imam de Drancy, se sont rassemblés pour prier.

 
En réponse aux violences antisémites à Sarcelles dans le Val d'Oise, des responsables religieux, dont le grand rabbin de France Haïm Korsia et l'imam de Drancy (Seine-Saint-Denis) Hassen Chalghoumi, se sont rassemblés, lundi soir, à la synagogue de la ville pour une soirée de prières multiconfessionelles. Plusieurs centaines de personnes, dont le chanteur Enrico Macias et l'écrivain Marek Halter étaient présentes, toujours sous protection de la police.
 
Les représentants des religions catholique, musulmane, protestante, juive, bouddhiste et orthodoxe ont également été réunis à l'Élysée pour dénoncer l'antisémitisme. "Il a été rappelé par le président de la République que la lutte contre l'antisémitisme sera une cause nationale", a souligné le président du Consistoire israélite central Joël Mergui.

Dimanche 20 juillet, un rassemblement de soutien aux Palestiniens de Gaza interdit, avait dégénéré dans cette ville de la banlieue nord de Paris, parfois surnommée "la petite Jérusalem" en raison d'une importante communauté juive d'Afrique du Nord. Voitures brûlées, mobilier urbain saccagé, commerces mis à sac, dont une épicerie kasher. Dix-huit personnes ont été interpellées, dont 11 étaient toujours en garde à vue lundi matin, parmi lesquelles quatre mineurs.

 
"La communauté juive a peur"
 
Sarcelles s'est réveillée groggy lundi 21 juillet. "Je n'ai pas dormi de la nuit, je n'étais pas tranquille. Des gens de tous bords ici vivent ensemble, on ne comprend pas", a confié à l'AFP un juif de 67 ans, dont la voiture a été détruite par les casseurs et qui n'a pas souhaité donner son nom. François Pupponi, maire socialiste de la ville, a expliqué que certains habitants juifs lui avaient confié qu'ils ne se sentaient plus en sécurité et pensaient quitter la France. "Ce matin, les gens sont abasourdis et la communauté juive a peur", a-t-il déclaré. 

>> À lire sur France 24 : "Le désenchantement de l'intelligentsia israélienne"

La synagogue, protégée dimanche par les CRS et devant laquelle montaient la garde des militants de la ligue de défense juive (LDJ), un collectif d’activistes radicaux, n'a pas été touchée, ont confirmé des sources policières dans le Val-d'Oise.
 

Deux nouvelles manifestations pro-palestiniennes sont prévues à Paris mercredi et samedi, et d'autres mercredi dans plusieurs grandes villes françaises, pour l'instant autorisées.

 
Avec AFP

Première publication : 22/07/2014

  • FRANCE

    Interdiction des manifestations pro-palestiniennes à Paris et en banlieue

    En savoir plus

  • FRANCE

    Que s’est-il vraiment passé rue de la Roquette le 13 juillet ?

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Le désenchantement de l'intelligentsia israélienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)