Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste visant la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski se dit disposé à gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Violences antisémites: Valls dénonce une "minorité de forces radicales"

AFP

Manuel Valls entre Stanislas Lalanne, Dalil Boubakeur et Joël Mergui sur le perron de l'Elysée le 21 juillet 2014 à ParisManuel Valls entre Stanislas Lalanne, Dalil Boubakeur et Joël Mergui sur le perron de l'Elysée le 21 juillet 2014 à Paris

Manuel Valls entre Stanislas Lalanne, Dalil Boubakeur et Joël Mergui sur le perron de l'Elysée le 21 juillet 2014 à ParisManuel Valls entre Stanislas Lalanne, Dalil Boubakeur et Joël Mergui sur le perron de l'Elysée le 21 juillet 2014 à Paris

Manuel Valls a dénoncé le rôle de "forces radicales", de "groupes extrémistes" après les manifestations pro-palestiniennes de ce week-end qui ont dégénéré en violences antisémites à Paris et à Sarcelles (Val-d'Oise), dans un entretien publié mardi par Le Parisien.

"Il y a une minorité de forces radicales qui profitent de la situation", a dit le Premier ministre en ajoutant qu'il y avait "des réseaux, des groupes extrémistes qui en profitent pour surfer sur l'antisémitisme et la haine".

Ces groupes, dont il n'a pas précisé la nature, "utilisent ces manifestations pour alimenter le désordre", a-t-il estimé tout en assurant que "la grande majorité des manifestants défile pour des motifs légitimes: l'indignation face aux atrocités de la guerre".

Le premier ministre a aussi justifié à nouveau les interdictions des manifestations de Paris samedi et de Sarcelles dimanche, "c'est la violence, avec des slogans, des actes dont le caractère antisémite ne fait aucun doute, qui a justifié l'interdiction. Ce n'est pas l'interdiction qui a provoqué la violence", a-t-il souligné.

Manuel Valls a justifié l'autorisation de la manifestation pro-palestinienne de mercredi. "Le parcours a été discuté et des gages de sécurité ont été donnés par les organisateurs de cette manifestation, plus responsable cette fois-ci", a-t-il expliqué.

Le Premier ministre, ancien ministre de l'Intérieur, s'est dit d'autre part "indigné par la critique systématique du travail des policiers avant même de condamner les comportements violents".

"J'en appelle à la responsabilité de tous", a-t-il lancé. "J'invite les organisateurs de manifestations, les responsables politiques de tout bord, les associations à dépasser les clivages partisans", a conclu M. Valls.

Première publication : 22/07/2014