Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations la France suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le prélèvement à la source : une fausse bonne idée?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique A, artiste exigeant

En savoir plus

FOCUS

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Nigeria : accord des distributeurs de carburant sur la fin de la grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi : "Tout va très bien Madame la Marquise"

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 2)

En savoir plus

Afrique

Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/07/2014

Deux explosions ont eu lieu mercredi dans la ville de Kaduna, dans le nord du Nigeria, tuant au moins 25 personnes. Elles visaient un dignitaire musulman opposé à Boko Haram et un leader de l'opposition, selon la police.

Deux explosions se sont produites, mercredi 23 juillet, dans la ville de Kaduna, dans le nord du Nigeria. Un dignitaire religieux et un homme politique d'opposition ont été pris pour cible.

La première attaque a visé l'un des dignitaires musulmans de la ville. "Il s'agit apparemment d'un attentat-suicide visant le convoi de Sheikh Dahiru Bauchi", qui n'a pas été touché, a déclaré le chef de la police de Kaduna, Umar Shehu, à l'AFP. "Il y a 25 morts confirmés pour l'instant", a-t-il ajouté.

Selon Reuters, la bombe à l’origine de l’attentat était placée à l’arrière d’un deux-roues. L'explosion a eu lieu vers 12h30 (11H30 GMT), au moment où Sheikh Dahiru Bauchi parcourait la rue Isa Kaita à bord d'un véhicule ouvert, en convoi, pour saluer les fidèles rassemblés pour la cérémonie de clôture d'une fête musulmane. Comme la plupart des dignitaires musulmans nigérians, Sheikh Dahiru Bauchi a souvent condamné publiquement la violente insurrection menée par Boko Haram, qui a fait plus de 10 000 morts dans le pays depuis cinq ans.

Le second attentat visait le leader de l'opposition Muhammadu Buhari. L'explosion a eu lieu à proximité d'un marché très fréquenté de Kaduna, dans le quartier de Kawo, situé à quelques kilomètres du lieu de la première attaque. Selon le porte-parole de la police de Kaduna, Aminu Lawan, on ignore encore le bilan des victimes.

La menace de Boko Haram

Le groupe islamiste Boko Haram, qui revendique la création d'un État islamique dans le nord du pays, majoritairement musulman, accuse les leaders religieux de cette région de se soumettre à l'autorité du gouvernement fédéral, actuellement dirigé par le président Goodluck Jonathan, un chrétien du Sud.

Kaduna, qui a été la capitale politique du nord du Nigeria, a été relativement épargnée par Boko Haram depuis un an.

Des attentats-suicide contre des églises, en 2012, avaient marqué le début de violents affrontements inter-ethniques dans la ville, qui avaient fait des centaines de morts.

 

Cent jours après leurs enlèvement, des dizaines de jeunes filles toujours aux mains de Boko Haram

Avec AFP

Première publication : 23/07/2014

  • NIGERIA

    Plus de 60 femmes otages de Boko Haram échappent à leurs ravisseurs

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Des hommes armés attaquent des églises dans le nord-est du Nigeria

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Une bombe explose dans un centre commercial d'Abuja, au moins 20 morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)