Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 24/07/2014

"Come prima"

© France 24

Presse française, Jeudi 24 juillet 2014. Au menu de cette revue de presse, la manifestation de soutien à Gaza, hier à Paris, la publication par les parlementaires de la liste de leurs collaborateurs, les doutes de François Hollande sur la croissance, et les vacances de Nicolas Sarkozy.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ce matin, le bon déroulement de la manifestation de Gaza, hier, à Paris.
 
Le défilé avait été autorisé, et d’après le Parisien, il a rassemblé plusieurs milliers de personnes - 14500 selon la police, 25000 selon les organisateurs - et cette fois, pas de violences antisémites. «Nous ne sommes pas antisémites, nous ne sommes ni des voyous ni des casseurs, nous voulons juste qu’on arrête de tuer des femmes et des enfants».
 
Libération évoque un rassemblement «aux allures de mise à l’épreuve pour les propalestiniens», auquel plusieurs députés socialistes ont participé, contre l’avis du président du groupe PS à l’assemblée.
 
D’après le Figaro, la reprise des affrontements israélo-palestiniens dans la bande de Gaza aurait réactivé un réflexe traditionnel de l’aile gauche du PS et de l’extrême gauche, qui consisterait à «prendre fait et cause pour la défense du peuple palestinien». Un «tropisme» qui expliquerait le reproche adressé à François Hollande sur sa prise de position initiale dans le conflit, jugée trop pro-israélienne.
 
Le président a demandé aux parlementaires de rendre publique aujourd’hui la liste de leurs collaborateurs ainsi que celle de leurs intérêts autres que politiques. Cette décision correspond à une promesse de campagne, et a été prise après l’affaire Cahuzac. Elle vise à moraliser la vie politique: les députés et les sénateurs sont souvent accusés de faire passer «leur femme et leurs enfants d’abord», d’user de leur fonction pour employer ou faire embaucher leurs proches. D’après Libération, près de 20 % des députés emploient effectivement un ou plusieurs de leurs proches, souvent leur épouse.
 
S’agissant des déclarations d’intérêts des parlementaires, Libération évoque «une nouvelle étape majeure» pour la transparence de la vie politique. Les parlementaires vont êtres obligés de faire état des activités professionnelles qu’ils exercent en parallèle – activités parfois très rémunératrices, notamment pour les avocats d’affaires -, des actions qu’ils peuvent détenir, ou de leurs fonctions bénévoles. Toutes ces infos seront consultables sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.
 
Avancée sur la moralisation de la vie politique, mais recul probable sur le front de la croissance. D’après le Figaro, François Hollande aurait reconnu lors du dîner annuel de la presse présidentielle, qu’un ralentissement économique pour les mois à venir ne serait pas «impossible», que la croissance pourrait encore «s’affaiblir».
 
François Hollande, le chef d’Etat confiant, le président «normal», commencerait-il à douter? Rien de tel qu’un peu de vacances pour reprendre du poil de la bête, rien de tel qu’une petite balade en scooter, bras nus  et cheveux aux vent - je parle bien sûr de Nicolas Sarkozy, à la Une de Paris Match, avec Carlita. Un couple «normal», en pareo et bermuda, de retour d’une «plage publique». Le site du Monde ironise sur cette «com’ pétaradante».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus