Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Argentine: le FMI alerte du "coût considérable" d'un défaut de paiement

AFP

Des affiches fustigent les

Des affiches fustigent les "fonds vautours" à Buenos Aires le 18 juin 2014Des affiches fustigent les "fonds vautours" à Buenos Aires le 18 juin 2014

Le chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, a estimé jeudi que le coût d'un défaut de paiement serait "considérable" pour l'Argentine, aux prises avec les fonds "vautours", mais aussi pour le système financier dans son ensemble.

"Si l'Argentine va jusqu'au défaut, cela pourrait avoir des coûts considérables (pour le pays, ndlr), principalement en le privant d'accès aux marchés financiers pendant un certain temps", a déclaré M. Blanchard lors d'une conférence de presse sur les projections économiques du Fonds monétaire international.

L'Argentine a jusqu'à mercredi pour commencer à rembourser les fonds spéculatifs qui ont refusé toute renégociation de leur dette après la faillite du pays en 2001 et qui ont obtenu gain de cause devant la justice américaine.

Si une solution n'est pas trouvée à temps, le remboursement par Buenos Aires de ses autres créanciers pourrait être bloquée par la justice, conduisant mécaniquement à un défaut de paiement partiel et technique.

Mardi, le juge américain a estimé qu'un défaut serait "la pire des choses" tandis que l'avocat de l'Argentine assurait que le délai était trop court pour régler à temps une question aussi complexe.

Selon M. Blanchard, un défaut argentin aurait également un "coût" pour l'ensemble du système financier en créant une "incertitude" sur la possibilité future de restructurer la dette d'autres pays en difficultés.

Les opérations d'allégement de dette publique, comme celle ayant eu lieu en Grèce en 2012, nécessitent la coopération des créanciers qui doivent accepter d'essuyer une perte financière souvent substantielle afin de redonner un peu d'oxygène au pays.

"Nous avons besoin de mécanismes de résolution qui fonctionnent bien quand des pays sont en difficulté", a assuré M. Blanchard, ajoutant que le cas argentin pourrait être "le déclencheur" d'une réflexion pour améliorer le système existant.

Une proposition de mécanisme international sur la faillite des Etats avait été portée en 2003 par le FMI mais avait finalement été abandonnée sous la pression des Etats-Unis et des grands pays émergents.

Première publication : 24/07/2014