Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

F1: le duel Rosberg-Hamilton peut rebondir en Hongrie

AFP

Le pilote Mercedes Nico Rosberg, lors du GP d'Allemagne, le 20 juillet 2014 à HockenheimLe pilote Mercedes Nico Rosberg, lors du GP d'Allemagne, le 20 juillet 2014 à Hockenheim

Le pilote Mercedes Nico Rosberg, lors du GP d'Allemagne, le 20 juillet 2014 à HockenheimLe pilote Mercedes Nico Rosberg, lors du GP d'Allemagne, le 20 juillet 2014 à Hockenheim

Le duel entre le leader allemand du Championnat du monde de Formule 1, Nico Rosberg, et son coéquipier Lewis Hamilton, 2e à 14 points, peut à nouveau rebondir dimanche au Grand Prix de Hongrie, sur un circuit qui a souvent réussi au Britannique.

Quatre pole positions et quatre victoires en sept visites, sur le Hungaroring près de Budapest: ce circuit est objectivement le plus profitable du calendrier pour le Britannique (Mercedes): "Il convient bien à mon style de pilotage, et je m'y sens toujours très soutenu", disait Lewis dimanche, après sa 3e place en Allemagne au terme d'une remontée phénoménale.

Gros avantage pour l'auteur de la pole position, il est très difficile de doubler sur le tourniquet du Hungaroring (4,3 km) où il n'y a qu'une seule véritable ligne droite, celle des stands. C'est ce qui s'est passé trois fois sur quatre pour Hamilton, lors de sa première victoire en 2007, et lors des deux dernières, en 2012 et 2013.

Pour reprendre une métaphore utilisée à Silverstone par le même Hamilton, son duel avec Rosberg ressemble de plus en plus à un match de tennis en cinq sets, dans un tournoi du Grand Chelem.

- Williams risque de souffrir -

Après dix manches de 2014, on peut dire que l'on est au milieu du troisième set, au moment où tout peut basculer. Rosberg mène aux points (190-176), mais Hamilton mène 5-4 au nombre de victoires alors qu'il a abandonné deux fois (Australie, Canada), contre un seul abandon pour Rosberg (Silverstone). Enfin, Rosberg vient de prendre l'avantage au nombre de pole positions (5-4).

C'est très serré et 100.000 fans sont attendus dimanche pour cette nouvelle édition de ce qui a été, historiquement, le premier GP de F1 organisé derrière le rideau de fer, en 1986. Et aussi le tout premier GP remporté par Hamilton au volant d'une Flèche d'Argent de l'écurie Mercedes-AMG. Un autre souvenir marquant dans la carrière du champion du monde 2008, qui est aussi un grand sentimental.

Comme à chaque course cette saison, les pilotes Mercedes sont favoris, et personne ne peut annoncer à coup sûr l'identité de celui qui montera aussi sur le podium. Depuis le début de la saison, Red Bull et Williams ont eu droit plusieurs fois à cet honneur, alors que Ferrari, McLaren et Force India ont dû se contenter de miettes sans lendemain.

Dans la foulée du 300e podium de Williams en F1, on pourrait logiquement à s'attendre à un 4e podium d'affilée pour la révélation finlandaise de la saison, Valtteri Bottas. Sauf que sa monoplace, très rapide en ligne droite et très efficace dans les grandes courbes, ne sera pas forcément à l'aise sur le Hungaroring.

En revanche, une nouvelle "perf" de Daniel Ricciardo au volant de sa Red Bull à moteur Renault, ou même un retour en grâce de la Scuderia Ferrari ou des McLaren, n'est pas à exclure, tout comme une course solide des Force India. Après le rendez-vous hongrois, tout le monde aura droit à trois semaines de vacances, dont 15 jours avec interdiction formelle d'aller au bureau ou à l'usine, sous peine de constat d'huissier. Raison de plus pour frapper un grand coup au Hungaroring, avant de se reposer un petit peu.

Première publication : 24/07/2014