Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les anti-IVG accusaient la rescapée Simone Veil de promouvoir le "génocide""

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SPORT

Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

© Stéphanie Trouillard, FRANCE 24

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 24/07/2014

Depuis le début du Tour, Cheng Ji suscite la curiosité. Premier Chinois à participer à la Grande Boucle, il est en passe de réussir son pari en la terminant. Même s'il est dernier au classement, ce "tueur d'échappées" a de nombreux admirateurs.

Quelques minutes avant le départ de la 18e étape entre Pau et Hautacam, les journalistes sont nombreux devant le car de l'équipe Giant Shimano. La plupart ne sont pas là pour interviewer le leader de la formation, le sprinteur allemand Marcel Kittel, mais pour échanger quelques mots avec son coéquipier Cheng Ji.

Premier Chinois à prendre part au Tour de France, ce coureur de 26 ans est l'une des attractions de l'édition 2014. Un statut qui a fini par agacer le principal intéressé. "Je suis un peu fatigué des questions. Durant le Tour, les médias n'ont pas arrêté de me poser les mêmes, au départ, après la course ou à l'hôtel", avoue à FRANCE 24 le cycliste asiatique, également diminué par une blessure au genou.

>> L'actu du Tour de France : Nibali rafle sa quatrième étape à Hautacam

Cheng Ji s'énerve même un peu lorsqu'on l'interroge sur sa position de bon dernier au classement, à la 166e place. Alors que les médias s'amusent de voir un Chinois dans le rôle de la "lanterne rouge", il ne préfère même pas y penser: “J'ai beaucoup travaillé sur les dernières étapes. En montagne normalement, je ne suis pas mauvais, mais parfois, je dois attendre mes coéquipiers comme Marcel Kittel pour qu'ils terminent dans les temps. Peut-être que vous ne me voyez pas dans le groupe de tête, mais je travaille dur à l'arrière. Je me fiche du chrono. Je suis là pour aider mon équipe.”

Cheng Ji balaye aussi les critiques de ceux qui l'accusent de ne pas avoir sa place dans le peloton et d'être un "coup marketing" pour promouvoir le cyclisme dans son pays. "Je fais juste mon boulot. Quand les gens comprennent le vélo, ils peuvent voir que c'est faux”, répond-il sans détour, avant de remonter très vite dans le bus pour se concentrer avant le départ.

Chengchia Tsou est un grand admirateur de Cheng Ji : "Il travaille vraiment dur. Ce n'est pas facile pour un asiatique de participer au Tour de France. Il fait du bon boulot." © Stéphanie Trouillard/France24

"Le tueur d'échappées"

Au sein de la formation Giant Shimano, Cheng Ji a en effet un rôle bien précis. Surnommé "le tueur d'échappées", il doit empêcher toute tentative de fugue durant la course, afin de mieux préparer un sprint final pour son leader. Le directeur sportif de l'équipe, Christian Guiberteau, estime qu'il a parfaitement rempli ce rôle durant le Tour : “Il est toujours là et en soi, c'est quelque chose ! Il a fait un travail intéressant pour les gars en contrôlant les échappées”. Pour le responsable de Giant Shimano, le coureur chinois a beaucoup progressé en trois semaines : "Son problème, c'était souvent le positionnement quand cela frotte dans le peloton, car il n'a pas un énorme gabarit. Mais il a passé des paliers ici, il a vu le plus haut niveau. Il s'est amélioré, surtout pour ramener des bidons dans des moments critiques. C'est plus difficile de le faire sur le Tour”.

Même si Cheng Ji ferme la marche du classement, Christian Guiberteau reconnaît que ce dernier a apporté à sa manière beaucoup à son équipe. En devenant "la lanterne rouge", il est même devenu l'un des chouchous du public. "Oui, on ne va pas se le cacher. Le Tour, c'est là où se joue les retombées médiatiques. Grâce à Cheng Ji, on a beaucoup parlé parlé de Giant Shimano. C'est important pour le business et la visibilité du sponsor. Un premier Chinois au Tour, cela a marché", assume le directeur sportif. "Mais il n'a pas été ridicule du tout, il a justifié sa place sportivement", insiste-t-il.

Une touriste de Taïwan s'amuse à prendre la pose comme le maillot jaune au village départ du Tour de France. © Stéphanie Trouillard/France24

Nous sommes fiers de lui”

Pour preuve de cette grande popularité, de nombreux touristes asiatiques, vêtus du maillot de la formation néerlandaise se prennent en photo devant le car des coureurs. La plupart sont taïwanais, comme Jeff Huang. "Je suis plus fan de Marcel Kittel, mais à Taïwan, nous sommes fiers de Cheng Ji car il est le premier Chinois à participer au Tour", explique ce jeune homme qui travaille pour la marque de vélos Giant à Taïwan.

Chengchia Tsou a lui aussi fait le voyage depuis cette île du sud-est de la Chine pour assister à la Grande Boucle : "J'étais fan du Tour de France avant de connaître Cheng Ji, mais c'est vrai que cette année est spéciale car il y a un Chinois”. Pour cet amateur de vélo qui regarde l'épreuve depuis des années à la télévision, le "tueur d'échappées" a su gagner le respect de tout le peloton : "Il travaille vraiment dur. Ce n'est pas facile pour un asiatique de participer au Tour". Un exemple qui ne va pas manquer de susciter des vocations à l'autre bout du monde. "Avec le succès de Cheng Ji, ici, c'est sûr que le vélo est en train de devenir de plus en plus populaire en Chine”.

Jeff Huang travaille pour la marque de vélos Giant à Taiwan : "Je suis plus fan de Marcel Kittel, mais à Taïwan, nous sommes fiers de Cheng Ji car il est le premier Chinois à participer au Tour". © Stéphanie Trouillard/France24

Première publication : 24/07/2014

  • CYCLISME

    Grande Boucle : Cheng Ji, premier Chinois sur le Tour de France

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)