Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Club-Med: la contre-OPA de l'Italien Bonomi sur la table des administrateurs

AFP

Une enseigne du Club MedUne enseigne du Club Med

Une enseigne du Club MedUne enseigne du Club Med

Une étape importante se joue vendredi dans la bataille d'OPA pour Club Méditerranée : le conseil d'administration du groupe se réunit et doit donner son avis sur l'offre de l'Italien Andrea Bonomi, rival du tandem franco-chinois Ardian-Fosun.

La réunion s'est ouverte dans la matinée. Les administrateurs sont appelés à émettre un avis à la fois sur le prix de 21 euros l'action et la stratégie proposés par M. Bonomi.

Le conseil compte normalement une quinzaine de membres, mais les représentants de Fosun et d'Ardian ainsi que le PDG du Club, Henri Giscard d'Estaing, partie prenante dans l'OPA franco-chinoise d'Ardian-Fosun, ne participaient pas à la discussion.

"Il n'est pas du tout certain que les administrateurs actionnaires se prononcent sur l'apport de leurs titres", remarquait vendredi une source au fait du dossier. En 2013, le conseil d'administration avait soutenu unanimement le projet d'OPA d'Ardian-Fosun et les actionnaires représentés au conseil étaient partants pour apporter leurs titres. "Mais la situation était beaucoup plus simple qu'aujourd'hui", note cette source.

Du côté italien, on estimait vendredi que "la logique voudrait que le conseil d'administration recommande notre offre", beaucoup plus généreuse que les 17,50 euros offerts par Ardian et Fosun.

La question clé reste celle d'un renchérissement ou non par Fosun et Ardian, alors que ce dernier rechigne à rajouter au pot.

Fosun a adressé hier une lettre au vice-président du conseil d'administration, Georges Pauget, dans laquelle "il prend date" et semble annoncer "une éventuelle surenchère", écrit Les Echos vendredi. Fosun s'y déclare "profondément" attaché au Club Med et indique qu'il entend "réfléchir sereinement à la situation", précise le journal.

Par ailleurs, 70 cadres du Club Med associés à l'OPA Fosun-Ardian ont adressé une lettre jeudi aux administrateurs pour dire leur "profonde inquiétude" face à la contre-offre de M. Bonomi.

"Malgré un projet annonçant une certaine continuité, ce qui nous est proposé par Global Resorts (M. Bonomi et ses soutiens, ndlr) nous semble être une véritable rupture", écrivent-ils dans cette missive dont l'AFP a eu connaissance.

- Trigano en caution -

Le projet de M. Bonomi remet en cause en partie "les composants fondamentaux" du Club aujourd'hui, à savoir "le haut de gamme et le all inclusive" (le tout compris, ndlr), "dont il a été prouvé", selon les auteurs de cette lettre, "qu'ils étaient indispensables pour assurer une croissance rentable et durable au groupe".

Ces cadres s'inquiètent aussi d'une "incertitude sur le partenaire chinois qui devra nous appuyer dans notre développement en Chine" et d'un "risque de casse de l'entreprise au vu des objectifs irréalistes de rentabilité annoncés par Global Resorts, lesquels ne pourront être atteints, sans doute, sans un coût humain inacceptable et des ventes d'actifs".

Dans le camp Bonomi, Serge Trigano, fils du fondateur du Club Med, Gilbert Trigano, et ex-PDG du Club de 1993 à 1997, qui a rallié l'Italien, invitait lui dans une tribune publiée par Les Echos à "laisser les actionnaires décider" entre "deux projets" et "deux visions" : "l'une sino-française" avec Ardian-Fosun et "l'autre franco-européenne", désignant donc celle de M. Bonomi et de ses alliés sud-africain, brésilien et espagnols, appuyés désormais par la caution française de M. Trigano.

Ce dernier estime qu'il faut s'intéresser à d'autres marchés que la Chine pour développer le Club Med et éviter que la montée en gamme ne soit "le seul positionnement".

Au printemps 2013, en présentant l'OPA Ardian-Fosun aux "GO" du Club Med, Henri Giscard d'Estaing avait lu un mot de Serge Trigano lui souhaitant "le succès pour ce challenge vers le marché chinois". La situation a depuis changé.

Après l'avis du conseil d'administration du Club Med et la transmission à l'Autorité des marchés financiers (AMF) de sa note motivée, la contre-OPA de M. Bonomi, une fois validée par l'AMF, devrait démarrer en août.

Première publication : 25/07/2014