Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : De Sarajevo à Guantanamo, l'itinéraire des six d'Algérie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Patrick Chauvel, photographe de guerre

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"De sang-froid"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

  • Les députés français se penchent sur un projet de loi contre le jihad

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Netflix, le service de vidéos à la demande, débarque en France

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée historique de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

Décès d'Alan Greenberg, ancien PDG de la banque Bear Stearns

AFP

L'ancien patron de la banque d'affaires américaine Bear Stearns est décédéL'ancien patron de la banque d'affaires américaine Bear Stearns est décédé

L'ancien patron de la banque d'affaires américaine Bear Stearns est décédéL'ancien patron de la banque d'affaires américaine Bear Stearns est décédé

Wall Street a perdu vendredi un de ses grands noms avec le décès à l'âge de 86 ans d'Alan Greenberg, l'ancien patron controversé de la banque d'affaires américaine Bear Stearns, l'une des premières victimes de la crise financière de 2008.

M. Greenberg, l'une des figures marquantes de Wall Street, est mort des complications d'un cancer du colon, a annoncé sa famille au quotidien New York Times.

Surnommé "Ace" parce qu'il conservait toujours dans son bureau un jeu de cartes, Alan Greenberg, passionné de bridge, est le symbole de l'ascension et de la décadence de la place financière américaine ces dernières années.

Jusqu'à son rachat par JPMorgan en 2008, Bear Stearns était passée sous sa férule de simple maison de courtage à l'une des banques d'affaires les plus puissantes de Wall Street.

Fondée en 1923 par Joseph Bear, Robert Stearns et Harold Mayer, Bear Stearns avait construit sa réputation dans la gestion de risques, notamment avec la crise de 1929, où elle a été la seule à continuer à se développer sans réduire ses effectifs.

Alan Greenberg, qui y a fait quasiment toute sa carrière y étant notamment trader à ses débuts, prend les commandes en 1978, devient PDG en 1985 et président du comité exécutif en 2001.

Il y impose une culture agressive, en recrutant de jeunes ambitieux souvent non diplômés mais déterminés à s'enrichir au plus vite.

Des bureaux sont ouverts un peu partout. L'accent est mis sur l'activité risquée de titrisation des prêts immobiliers pour profiter de l'euphorie des marchés.

L'action atteint les 170 dollars en 2007, avant de dégringoler quelques mois plus tard quand la banque perd beaucoup d'argent avec le début de la crise des prêts hypothécaires à risque adossés à des produits financiers complexes "subprime".

Contrainte de déprécier des actifs et menacée de faillite, Bear Stearns est rachetée pour une bouchée de pain en mars 2008 par JPMorgan sous l'impulsion des autorités américaines. Le prix avancé - 2 dollars par action soit 270 millions de dollars au total - représente à l'époque une décote de 93% comparé au dernier cours du titre avant l'opération.

Plus de la majorité des 14.000 employés sont licenciés, tandis qu'Alan Greenberg se voit proposer par JPMorgan un rôle honorifique. Il sortira de cette chute indemne parce qu'il a vendu les actions qu'il détenait de la banque bien avant que ne débute la descente aux enfers.

M. Greenberg, qui dirigeait le comité exécutif chargé de surveiller les risques encourus par la banque, a fait porter le chapeau à son protégé James Cayne, qui lui avait succédé au poste de directeur général en 1993. Il avait notamment expliqué que ce dernier avait ignoré ses avertissements.

Il n'était pas apparenté à Maurice "Hank" Greenberg, l'ancien patron de l'assureur américain AIG, qui avait réclame 25 milliards de dollars au gouvernement américain après le sauvetage de son groupe lors de la crise.

Première publication : 25/07/2014