Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

Les morts du crash d'Air Algérie: des touristes, des humanitaires, des familles

AFP

AFP Photo

Humanitaires ?uvrant au Burkina Faso, expatriés, familles ou touristes du Cantal, de Pau, de la région nantaise, étrangers rentrant de voyage dans ce pays africain: les 118 disparus du crash au Mali de l'avion d'Air Algérie laissent des proches anéantis.

"C'était mon meilleur ami, mon frère": la voix cassée, Jean-Jacques Dupré évoque vendredi son associé, Bertrand Gineste, qui a péri dans cet accident avec son épouse Véronique et leurs trois enfants, des garçons nés en 2000 pour le plus jeune, collégien, et en 1995 pour les jumeaux qui poursuivaient leurs études.

Bertrand Gineste était avec Jean-Jacques Dupré propriétaire de la pharmacie La Marche à Guéret (Creuse).

Selon le député-maire de Guéret, Michel Vergnier, Bertrand Gineste, 55 ans, avait effectué son service national de 18 mois au Burkina. Président du syndicat des pharmaciens de la Creuse, il était aussi trésorier de l?association Guéret-Zitenga, du nom du département burkinabé de 45.000 habitants jumelé avec la ville de Guéret.

"Il avait rejoint notre comité de jumelage pour venir nous aider il y a presque deux ans car il connaissait l'humanitaire. Je m'en mords les doigts aujourd'hui", a expliqué le maire Michel Vergnier.

Selon le maire, "la famille avait effectué ce déplacement à titre privé", M. Gineste souhaitant "faire découvrir" ce pays qu'il aimait à sa femme et ses enfants.

- 'Des gens extraordinaires' -

D'autres humanitaires font partie des victimes. Ainsi André Joly, 60 ans, et Jutta Zoller, 56 ans, un couple d'éducateurs qui vivait à Raon-aux-Bois (Vosges), qui revenait d'un chantier au Burkina Faso avec deux jeunes Français qu'ils encadraient.

Le couple, parents de deux grandes filles, était parti le 2 juillet au Burkina, où il se rendait régulièrement depuis 20 ans, pour prendre part à des chantiers humanitaires.

"Ils ont créé une association, Oxygène, en 1989, pour montrer aux jeunes que la vie pouvait être belle", a indiqué à l'AFP l'actuelle présidente de l'association, Marie-Hélène Labadens.

"C'étaient des gens extraordinaires. Ils s'occupaient de jeunes confiés par les services sociaux. Ils ont fait une cinquantaine de chantiers, dont beaucoup au Burkina. Nous sommes anéantis. Aussi bien au Burkina qu'ici, on se serre les coudes", a-t-elle ajouté.

Dans le Var, c'est Jean-Marie Rauzier qu'on pleure. Engagé depuis six ans dans l'association "Camélia Burkina", basée à Six-Fours-les-Plages dans le Var, ce retraité de la sécurité sociale, âgé de 70 ans, célibataire et sans enfant, originaire de la Seyne-sur-Mer, se trouvait en mission depuis le 23 mai à Koudougou, indique le quotidien régional Var Matin.

Selon la présidente de l'association, M. Rauzier travaillait auprès d'adolescents. Il "avait constitué une cellule d'aide scolaire et de préparation des jeunes aux examens. Mais au-delà de ça, il aidait les jeunes, souvent sans famille, en les nourrissant et les habillant", a expliqué Monique Braquet au quotidien Var Matin.

- Familles décimées -

Dans le Loir-et-Cher, le Cantal, la région nantaise ou le Nord, la douleur des proches est la même.

"Je suis anéanti", dit dans le Nord Seydou Cissé, après avoir appris la disparition de son ami Bakary Diallo, 35 ans, espoir du cinéma malien.

"Sa famille est au Mali. Sur Roubaix, c'est moi, sa famille", a expliqué Seydou Cissé. "On dort ensemble, on fait tout ensemble, on a toujours tout fait ensemble. On a fait la même école au Mali. On a fait les concours ensemble, on est venu ici ensemble", dit-il, la voix grave. "On est arrivé en 2010 à Roubaix, on a fini en 2012 l'école du Fresnoy", un établissement de formation artistique audiovisuelle basé à Tourcoing.

"Anéanti", c'est aussi le mot employé par Denise Labbe, secrétaire de mairie à Menet, dans le Cantal. C'est dans cette petite commune de 550 habitants, que vivaient Bruno Cailleret, Caroline Boisnard, et leurs deux enfants, Elno, 14 ans, et Chloé, 10 ans. Selon Mme Labbe, cette famille "avait passé quinze jours chez un oncle de Caroline installé là-bas".

Dans la région nantaise, des fleurs ont été déposées à la porte de la famille Ouedraogo, Français d'origine burkinabée, dont le père était installé en Loire-Atlantique depuis une trentaine d'années.

A bord de l'avion, "il y avait mon frère, sa femme et leurs quatre enfants plus un neveu, le fils de ma s?ur", a expliqué à l'AFP M. Amadou Ouedraogo, joint au téléphone, qui habite lui aussi dans la région nantaise.

Toutes les familles des victimes -soit entre 150 et 200 personnes- seront reçues samedi au Quai d'Orsay.

Mais dans cet avion se trouvaient aussi des Burkinabés, des Algériens, des Canadiens, des Espagnols et des Luxembourgeois notamment.

Il y avait aussi trois familles libanaises, décimées. Originaires du Liban sud, à majorité chiite, elles venaient au Liban passer l'Aïd-al-Fitr qui marque la fin du Ramadan.

Première publication : 25/07/2014