Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Ukraine: le Premier ministre démissionne en plein conflit avec les rebelles prorusses

AFP

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, au Parlement de Kiev le 24 juillet 2014Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, au Parlement de Kiev le 24 juillet 2014

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, au Parlement de Kiev le 24 juillet 2014Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, au Parlement de Kiev le 24 juillet 2014

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a annoncé jeudi sa démission, qui survient en plein conflit armé avec les séparatistes prorusses et sur fond d'accusations américaines de tirs russes, tandis que les problèmes nés du crash de l'avion de ligne malaisien sont loin d'être réglés.

Intervenant de surcroit sur fond de crise économique, la démission de M. Iatseniouk - qui doit être encore approuvée par le Parlement pour devenir effective - semble causée par une divergence avec le président Petro Porochenko concernant la stratégie politique de la majorité gouvernementale.

Le chef de l'Etat s'est montré favorable à la disparition de la coalition actuelle pour aller vers des élections législatives anticipées, alors que son Premier ministre, très apprécié des Occidentaux, trouvait que le moment n'était pas bien choisi, vu la situation de l'Ukraine.

"J'annonce ma démission compte tenu de la dislocation de la coalition parlementaire, qui bloque les initiatives gouvernementales", a déclaré M. Iatseniouk au parlement.

La dissolution de la coalition "aura des conséquences dramatiques pour le pays", a-t-il mis en garde.

"Qui votera des lois impopulaires en ayant en tête les élections ?", s'est-il interrogé.

"Il est inacceptable d'échanger le sort du pays contre des intérêts politiques étroits. C'est un crime moral et politique", a affirmé l'homme politique, sans jamais citer le chef de l'Etat

M. Iatseniouk est membre du parti Batkivchtchina de Ioulia Timochenko, la plus importante force de la coalition et qui est opposée à des législatives anticipées.

- Accusations américaines, sanctions européennes -

Pendant que Kiev est secoué par cette crise politique inattendue, les combats entre loyalistes et rebelles prorusses s'intensifient et les accusations d'implication directe des forces de Moscou dans le conflit pleuvent.

Les Etats-Unis ont à cet égard affirmé jeudi détenir des preuves selon lesquelles des militaires russes ont procédé à des tirs d'artillerie à partir de la Russie sur des positions de l'armée ukrainienne.

L'Union européenne a, de son côté, renforcé ses sanctions ciblées contre la Russie en ajoutant à sa liste noire 15 personnalités et 18 entités accusées de soutenir les séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

De son côté, le Premier ministre canadien Stephen Harper a indiqué que le Canada ciblait les secteurs de l'armement, de la finance et de l'énergie dans le cadre de ses sanctions contre Moscou.

Les Pays-Bas ont pour leur part annoncé qu'ils allaient dépêcher 40 gendarmes sans armes sur le site de la chute, le 17 juillet, de l'avion de Malaysia Airlines, en vue de "stabiliser la zone", actuellement sous contrôle des insurgés prorusses et où se trouveraient toujours des corps de victimes du crash.

Le Premier ministre australien Tony Abbott, dont 28 de ses concitoyens étaient à bord du Boeing, a déclaré que 50 policiers australiens étaient prêts à partir de Londres.

Le président américain Barack Obama s'est joint aux appels de M. Abbott et du Premier ministre néerlandais Mark Rutte exigeant un accès complet au site du crash. MM. Obama et Abbott ont mis l'accent dans un entretien téléphonique sur la "nécessité d'une enquête internationale rapide, complète et transparente", a indiqué la Maison Blanche.

Quant à la mission de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), elle a signalé que ses observateurs avaient pu se diriger jeudi matin vers le site du crash, à Grabove.

Deux avions, un néerlandais et un australien, qui transportaient au total 74 cercueils, ont atterri jeudi aux Pays-Bas, un jour après l'arrivée des quarante premiers corps.

La chute du Boeing, abattu par un missile tiré selon les Etats-Unis à partir d'une zone contrôlée par les rebelles, avait au total fait 298 morts, dont 193 Néerlandais.

- Missile air-air -

Sur le terrain, les combats semblent surtout porter sur le contrôle de la frontière russo-ukrainienne, dont les séparatistes occupent une partie, ce qui leur permet, selon Kiev, de recevoir des renforts de Russie, y compris chars et autres blindés.

Moscou a l'intention d'envoyer des "lance-roquettes plus lourds et plus puissants" aux insurgés, a affirmé la porte-parole adjointe du département d'Etat, Marie Harf, citant des sources du renseignement américain.

L'armée ukrainienne a indiqué avoir perdu quatre hommes au cours des dernières 24 heures.

Selon des indications de source rebelle, impossibles à confirmer de sources indépendantes, une unité de parachutistes loyalistes est encerclée à proximité de la frontière russe. C'est pour débloquer ce détachement que Kiev aurait envoyé la veille quatre chasseurs Soukhoï, dont deux ont été abattus.

Quelques heures avant sa démission, le Premier ministre Iatseniouk a indirectement accusé la Russie d'avoir causé la destruction d'au moins un de ces appareils.

"Le deuxième chasseur a été probablement abattu par un missile air-air. Cela veut dire qu'il a été abattu par un autre chasseur qui n'était certainement pas ukrainien", a-t-il dit.

Autre signe de la tension croissante, les insurgés ont annoncé aux journalistes travaillant sur leur territoire qu'il leur était désormais interdit de s'approcher des zones de combat, et même des points de contrôle, sans autorisation ponctuelle préalable.

La chaîne d'information américaine CNN a demandé jeudi la libération d'un Ukrainien qui travaille pour elle retenu par les séparatistes depuis deux jours, tandis qu'un Britannique employé par la chaîne de télévision russe proche du Kremlin en langue anglaise Russia Today (RT) a été pris en otage par les forces ukrainiennes, a annoncé RT.

Première publication : 25/07/2014