Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Les États-Unis évacuent leur ambassade en Libye

© Mahmud Turkia, AFP | Un avion détruit cette semaine à l'aéroport de Tripoli

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/07/2014

Les États-Unis ont annoncé, samedi, qu'ils évacuaient le reste de leur personnel diplomatique de Tripoli, en raison des combats entre factions dans la capitale libyenne. La Turquie a emboîté le pas à Washington, en évacuant quelque 700 personnes.

Washington a décidé, samedi 26 juillet, d’évacuer tout le personnel de son ambassade à Tripoli, en Libye, craignant un regain de violences à la suite des affrontements entre les groupes rebelles de la capitale. Les États-Unis redoublent de prudence depuis l'attaque meurtrière contre la mission diplomatique américaine de Benghazi en 2012, qui avait coûté la vie à l'ambassadeur Christopher Stevens et à trois autres agents américains

Depuis, l’ambassade des États-Unis à Tripoli fonctionnait avec un personnel réduit. Cette fois-ci, c’est l’équipe toute entière qui a quitté la ville et s’est rendue par la route en Tunisie, avec un appui aérien.

"Nous sommes engagés à soutenir le peuple libyen dans cette période difficile et nous étudions actuellement les options pour un retour permanent à Tripoli, dès que la sécurité sur le terrain aura été rétablie", a indiqué la porte-parole adjointe du département d'État Marie Harf dans un communiqué.

En attendant, "le personnel [diplomatique] travaillera depuis Washington et d'autres endroits dans la région", a-t-elle précisé. Toujours selon cette porte-parole, le personnel est arrivé en Tunisie tôt samedi et il "continuera à voyager à partir de là". "Nous sommes reconnaissants au gouvernement tunisien pour sa coopération et son soutien", a-t-elle affirmé.

La Turquie évacue 700 personnes

Les États-Unis ont agi en raison d'un "risque réel" pour leurs agents, a déclaré, samedi, le secrétaire d'État américain John Kerry. Il a précisé que les États-Unis avaient "suspendu" leurs opérations diplomatiques en Libye, mais ne fermaient pas pour autant leur ambassade, s'adressant à des journalistes à Paris à l'issue d'une réunion internationale sur la situation à Gaza. D’après John Kerry, la Turquie elle aussi a ordonné l’évacuation de quelque 700 personnes de Tripoli.

Le département d'État américain a également diffusé un nouvel avertissement de voyage, recommandant aux citoyens américains de ne pas se rendre en Libye et pressant tous ses ressortissants sur place à "quitter immédiatement" le pays.

Bataille pour l'aéroport

Vendredi, le gouvernement libyen avait mis en garde contre "l'effondrement de l'État", alors que les combats à la roquette faisaient rage depuis 13 jours consécutifs à Tripoli. Le Premier ministre Abdallah al-Theni avait été empêché, jeudi, par une milice de prendre l'avion à l'aéroport militaire de Miitiga, à côté de Tripoli.

Une alliance de brigades islamistes et de milices de la ville de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) avait lancé une attaque contre l'aéroport international de Tripoli, le 13 juillet, avec pour objectif de chasser des brigades de la ville de Zintan (170 km au sud-ouest de Tripoli), qui le contrôlent depuis 2011. Les affrontements se sont étendus dans d'autres quartiers de la capitale, faisant au moins 47 morts et 120 blessés.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 26/07/2014

  • LIBYE

    Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • LIBYE

    L’aéroport de Tripoli bombardé, les autorités évoquent une aide internationale

    En savoir plus

  • LIBYE

    Attentat de Benghazi : inculpé aux États-Unis, le suspect plaide non coupable

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)