Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

Gaza: manifestation propalestinienne interdite à Paris, possible appel

AFP

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve le 25 juillet 2014 à LesperonLe ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve le 25 juillet 2014 à Lesperon

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve le 25 juillet 2014 à LesperonLe ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve le 25 juillet 2014 à Lesperon

La manifestation propalestinienne prévue ce samedi à Paris a été interdite vendredi par la préfecture de police pour éviter d'éventuels débordements, mais si le scénario de la semaine dernière se répète, des milliers de personnes pourraient braver l'interdit.

Le tribunal administratif a rejeté dans la soirée un recours contre cette interdiction déposé en urgence par les organisateurs. Ces derniers envisageaient de faire appel devant le Conseil d'Etat, qui pourrait dans ce cas tenir une audience samedi matin.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve les avait auparavant appelés à "renoncer à la manifestation", initialement prévue à 15H00 place de la République, au motif qu'elle "présente de sérieux risques de troubles à l'ordre public et des risques d'affrontements".

"Aucun débordement de haine, aucun affrontement ne sauraient être tolérés", de surcroît lors d'une journée "marquée par le recueillement et l'émotion", avec une cérémonie prévue avec les familles des victimes du vol Air Algérie, a-t-il fait valoir.

Les organisateurs (Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Parti des Indigènes de la République, Palestinian Youth movement..) sont les mêmes que ceux qui avaient appelé à la manifestation du 19 juillet qui, bien qu'interdite, avait rassemblé des milliers de personnes et dégénéré en violences spectaculaires dans le quartier de Barbès. Dix-sept policiers et gendarmes avaient été blessés et 44 personnes interpellées.

Alain Pojolat, du NPA, s'est dit "stupéfait" de l'interdiction, alors que les organisateurs devaient négocier selon lui un parcours de manifestation. "Les arguments, c'est qu'il y aurait beaucoup de monde et qu'on serait incapables d'encadrer la manif", or "on aurait pu avoir 200 personnes pour le service d'ordre", a-t-il affirmé.

Le NPA a renouvelé vendredi soir son appel à manifester en bravant une interdiction qui, selon le PCF et EELV, est susceptible d'entraîner des débordements.

Lors de l'audience devant le tribunal administratif, Me Hosni Maati, avocat des organisateurs, a plaidé que "le meilleur moyen d'éviter des troubles à l'ordre public est d'autoriser la manifestation pour que les gens puissent exprimer une émotion légitime" dans un contexte "encadré". Il a souligné qu'une manifestation autorisée avait rassemblé au moins 14.500 personnes mercredi à Paris sans incidents.

Pour la manifestation du 19 juillet, le tribunal administratif, déjà saisi par les organisateurs, avait également confirmé l'interdiction de la préfecture de police. Il n'y avait alors pas eu d'appel.

- "Le feu aux poudres" -

Concernant le nouveau défilé de samedi, M. Cazeneuve a estimé que les organisateurs, "par leur incapacité à maîtriser la manifestation, par le choix des lieux de la manifestation qu'ils ont opéré" n'offraient pas les garanties nécessaires.

Selon des sources policières, les forces de l'ordre ont reçu des "consignes de fermeté" pour intervenir "très rapidement et interpeller" en cas de non-respect de l'interdiction de manifester ou de "slogans ou manifestations antisémites".

Les lieux de culte, notamment les synagogues, seront protégés "en conséquence" et il y aura plus de 1.200 policiers et gendarmes, les autorités craignant la formation de "petits groupes très mobiles" et pouvant être "disséminés et organisés". En amont, c'est-à-dire dans les gares desservant des trains de banlieue par exemple, il y aura des surveillances et interpellations "si besoin est".

"Ils nous ont dit explicitement qu'ils voulaient d'autres organisateurs que nous", s'est insurgé Youssef Boussoumah, du Parti des indigènes de la République. "On ne peut pas avoir peur de sa jeunesse comme ça", a-t-il dit, prévenant: "Le gouvernement est responsable de toutes les conséquences" de l'interdiction.

Pour Alain Pojolat, "cette interdiction va mettre le feu aux poudres".

C'est "extrêmement grave, selon Omar Alsoumi, membre du Palestinian Youth movement (PYM): "le gouvernement crée une division entre des citoyens qui seraient légitimes à s'exprimer et d'autres non".

Jeudi, Amnesty international s'était inquiété de "la menace qui pèse en France sur le droit fondamental qu'est la liberté de réunion pacifique". Human Rights Watch a déploré vendredi cette nouvelle interdiction, "entrave disproportionnée à la liberté de réunion et d'expression".

Samedi doivent par ailleurs être jugées en comparution immédiate à Paris quatre personnes poursuivies pour des violences et menaces de mort à caractère antisémite dans un restaurant casher pris pour cible mercredi soir dans le quartier du Marais.

L'offensive israélienne à Gaza, qui en est à son 18e jour, a déjà fait plus de 800 morts côté palestinien et 33 côté israélien.

Première publication : 26/07/2014