Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Mario Draghi voit la vie en rose

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

FRANCE

En images : affrontements à Paris, en marge de la manifestation pro-Gaza interdite

© Mehdi Chebil, FRANCE 24 | Des heurts ont éclaté à la fin du rassemblement place de la République à Paris, le 26 juillet

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/11/2014

Des milliers de personnes ont pris part, samedi, à Paris à un rassemblement pro-palestinien, malgré l'interdiction de cette manifestation. Des heurts avec les forces de l'ordre ont éclaté en fin d'après-midi sur la place de la République.

Ils ont bravé l’interdiction de la préfecture de police de Paris. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées, samedi 26 juillet, place de la République, à Paris, en soutien aux Palestiniens. La foule de manifestants faisait face à 15h30 à un important dispositif policier, qui devait empêcher le cortège de quitter les lieux. Environ 2 000 policiers et gendarmes ont été mobilisés.

"Israël hors de Palestine, il est fini le temps des colonies", "Israël, casse-toi, la Palestine n'est pas à toi" ou encore "Nous sommes tous des Palestiniens" faisaient partie des slogans scandés par une partie des protestataires.

"Deux photographes ont été frappés"

En fin d'après-midi, les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes face à un groupe "de 200 ou 300 jeunes" qui leur lançait des projectiles, a constaté Mehdi Chebil, journaliste à FRANCE 24. Des jeunes, certains cagoulés ou le visage masqué par des foulards, jetaient également divers projectiles, des pierres notamment, sur des vitrines de magasins. Certains s'en sont également pris à des journalistes. "Deux photographes ont été frappés. Ces jeunes provoquent la police en leur jetant du verre, tout ce qui leur tombe sous la main. Ils sont excités et se déplacent continuellement sur la place [de la République]", a poursuivi Mehdi Chebil.

Un photographe de Reuters a vu un gendarme mobile légèrement blessé, un abribus saccagé et les vitrines d'un hôtel brisées.
 

>> À lire sur France 24 : Que s’est-il vraiment passé rue de la Roquette le 13 juillet ?

"Cette manifestation est illégale, mais pour nous, elle est plus que légitime, a expliqué, plus tôt, Hugo, jeune militant du NPA dont la figure emblématique, Olivier Besancenot, était lui aussi présent sur la place. Il s'agit de manifester notre solidarité avec un peuple qui est en train de se faire massacrer."

La justice administrative avait confirmé l’interdiction de la manifestation par crainte de débordements dans la capitale. Selon des sources policières, les forces de l'ordre ont reçu des "consignes de fermeté" pour intervenir "très rapidement et interpeller" en cas de non-respect de l'interdiction de manifester ou de "slogans ou manifestations antisémites".

Une cinquantaine d'interpellations

La préfecture de police a indiqué que les forces de l'ordre avaient procédé à un peu plus d'une cinquantaine d'interpellations, notamment pour port d'arme prohibé et violences à agent. Un peu plus d'une trentaine de ces interpellations ont abouti à une garde à vue.

Le calme est revenu à partir de 19h, avec l'évacuation des derniers manifestants.

À Marseille, une manifestation pro-palestinienne autorisée a réuni environ 2 000 personnes samedi après-midi, selon un correspondant de Reuters. À Lyon, ils étaient 2 500. Aucun débordement n'a été signalé.

Avec AFP
 

Première publication : 26/07/2014

  • FRANCE

    Manifestation pro-Gaza interdite : l'appel au calme de Manuel Valls

    En savoir plus

  • FRANCE

    La manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • FRANCE

    Manifestation en soutien à Gaza interdite à Paris : des dizaines d'interpellations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)