Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • Les étrangers interdits de travailler au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco, amoindri, retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

Intermittents: le Festival d'Avignon rescapé du conflit, 300.000 euros de pertes

AFP

Banderole contre la réforme du régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle sur la façade du Palais des Papes à Avignon, le 4 juillet 2014Banderole contre la réforme du régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle sur la façade du Palais des Papes à Avignon, le 4 juillet 2014

Banderole contre la réforme du régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle sur la façade du Palais des Papes à Avignon, le 4 juillet 2014Banderole contre la réforme du régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle sur la façade du Palais des Papes à Avignon, le 4 juillet 2014

"Le festival d'Avignon a bien eu lieu": à l'heure du bilan, son directeur Olivier Py était partagé entre le soulagement d'avoir évité l'annulation, brandie par les intermittents du spectacle, et l'inquiétude avec 300.000 euros de pertes qui pèseront sur l'édition 2015.

In fine, sur 24 jours de festival, 3 journées de grève des intermittents en lutte contre la nouvelle convention chômage ont empêché au total 12 représentations, selon le bilan dressé lors d'une conférence de presse samedi. La météo s'y est mise avec de fortes pluies et 2 spectacles annulés. La perte s'élève au total à 300.000 euros.

La fréquentation a tout de même atteint 90% (107.992 places vendues) contre 95% en 2013, un chiffre "incroyable dans un contexte vraiment chaotique", a observé Olivier Py.

"Cette lourde perte aura un impact sur la prochaine édition", estime son directeur, qui appelle l'Etat "à nous aider, sinon nous ne pourrons pas remplir nos missions". Le festival pourrait être contraint de réduire sa production de spectacles, de raccourcir la prochaine édition ou d'abandonner ses missions sociales (partenariats avec les scolaires notamment).

Une véritable épreuve du feu pour Olivier Py, qui étrennait sa première édition après dix années du tandem formé par Hortense Archambault et Vincent Baudriller.

"Je voulais un festival politique, je l'ai eu!" lançait le nouveau directeur au début de cette 68e édition mouvementée. Politique, elle le fut de bout en bout, avec les actions d'information des intermittents au début ou à la fin de chaque spectacle, chaleureusement applaudies par le public.

Politique sur le fond également, avec des pièces posant un regard critique sur la société, comme "Nature morte", du Grec Manolis Tsipos, et "Solitaritate" de la Roumaine Gianina Carbunariu.

"Nous sommes là pour poser des questions critiques sur le monde", expliquait le Belge Fabrice Murgia, auteur d'une pièce sur la solitude de l'homme connecté.

Les spectateurs se souviendront aussi longtemps de la danse politique de l'Israélien Arkadi Zaides, intériorisant dans son corps la violence du conflit israélo-palestinien, au moment même où des dizaines de morts tombaient à Gaza.

- "Henry VI", palpitante saga de 18 heures -

Sur le plan artistique, cette première édition d'Olivier Py marque un incontestable retour au texte, dont certains déploraient ces dernières années qu'il soit supplanté par la performance. Au risque de paraître bavard, le 68e Festival d'Avignon aura montré beaucoup de pièces de facture classique, au premier chef celles montées par Olivier Py, le joyeux, mais dithyrambique "Orlando" et le très sombre "Vitrioli".

Un "Hypérion" de 5 heures arides présenté par Marie-José Malis a découragé plus d'un festivalier.

Mais le "Henry VI" de Shakespeare en 18 heures, pari fou du jeune metteur en scène rouennais Thomas Jolly, a emporté tous les suffrages. Cette saga à la mise en scène inventive et joyeuse restera comme l'événement du festival, avec le brillant "The Fountainhead" du Néerlandais Ivo van Hove, magistrale réflexion sur la création, servie par un usage hyper maîtrisé de la vidéo. Son traitement des scènes d'amour physique, si difficiles à mettre en scène au théâtre, a ébloui.

Le Festival a fait la part belle aux jeunes: Thomas Jolly a 32 ans, Fabrice Murgia 30 et Gianina Carbunariu 36. Il a aussi conservé sa fonction de fenêtre sur le monde, avec des pièces des cinq continents.

Le "I Am" énigmatique du Samoan Lemi Ponifasio, longue méditation sur la guerre de 14-18, a décontenancé plus d'un spectateur. Mais "Haeehek" de l'Egyptien Hassan el Geretly, patchwork de chansons et de témoignages sur la révolution de la place Tahrir, et "Coup Fatal", spectacle jubilatoire donné par un contre-ténor congolais et des musiciens prodigieux de Kinshasa ont emporté tous les suffrages.

Olivier Py n'a donné aucune indication sur la programmation de 2015, attendant sans doute de savoir quelle sera la réponse du ministère de la Culture à son appel.

Première publication : 26/07/2014