Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

Tour de France: chez AG2R, du silence, de la sueur et des larmes

AFP

L'émotion du Français Jean-Christophe Péraud, 2e du classement général du Tour de France, après le contre-la-montre, le 26 juillet 2014 à PérigueuxL'émotion du Français Jean-Christophe Péraud, 2e du classement général du Tour de France, après le contre-la-montre, le 26 juillet 2014 à Périgueux

L'émotion du Français Jean-Christophe Péraud, 2e du classement général du Tour de France, après le contre-la-montre, le 26 juillet 2014 à PérigueuxL'émotion du Français Jean-Christophe Péraud, 2e du classement général du Tour de France, après le contre-la-montre, le 26 juillet 2014 à Périgueux

Il a attendu la nouvelle de longues minutes avant de fondre en larmes au point de ne pouvoir dire un mot: à l'annonce de sa deuxième place du Tour de France, le discret Jean-Christophe Péraud a été rendu muet par l'émotion.

"De l'ombre !". Les premiers mots de Jean-Christophe Péraud en franchissant la ligne d'arrivée à Périgueux à 17h31 seront les seuls prononcés avant de longues minutes.

Assis à l'abri du soleil derrière un camion, le coureur de 37 ans attend l'arrivée de Thibaut Pinot, deuxième du Tour au départ samedi et parti de Bergerac trois minutes après lui.

Hagard, exténué par 1 heure 08 minutes et 48 secondes d'effort et de rage déployés pour se battre contre le temps et une crevaison qui aurait pu lui faire tout perdre, il ne regarde pas la nuée de journalistes massée autour de lui. Deux masseurs lui essuient les jambes.

"Jicé, ça y est tu es deuxième !", lance un journaliste. Péraud lève le regard, serre le poing. Etreint par les masseurs, il baisse à nouveau la tête. Les larmes coulent. Les secondes passent. Tout le monde guette les mots du premier Français deuxième du Tour depuis 1997.

Il prend le temps de sécher ses larmes, se relève pour une interview. Une question, un rire nerveux en guise de réponse et les larmes reviennent. "Je ne voulais pas craquer mais bon voilà...", lâche-t-il avant de tourner le dos à la caméra et de fondre en sanglots.

Le manager d'AG2R La Mondiale Vincent Lavenu se fraye un chemin parmi les journalistes: "Viens mon petit Jicé que je t'embrasse". "C'est ça, le bonheur", lance-t-il aux caméras.

Péraud retente une interview, puis renonce. "Je ne suis pas capable de te donner un mot. Rendez-vous dans un mois pour l'interview", sourit-il, les yeux rougis.

Sous l'ovation du public, Péraud rejoint le camping-car de l'équipe garé quelques centaines de mètres plus loin.

- 'On n'aurait pas pu l'imaginer' -

Il y retrouve son équipier Romain Bardet qui, lui, a vu son rêve d'une 5e place brisée quelques minutes plus tôt pour deux petites secondes. En apprenant la nouvelle, le jeune Auvergnat a jeté son bidon de rage et est parti ravaler sa frustration à l'abri des regards, loin de l'euphorie qui entoure son aîné.

"Perdre le top 5 d'un Grand tour pour deux secondes, surtout sur une crevaison, c'est rageant, mais c'est le sport. C'est un peu dur à encaisser la ligne franchie mais à froid, ça ira mieux. Demain on sera tous main dans la main pour fêter la place de Jicé", assure-t-il.

La déception sera vite dissipée. La réussite de l'équipe AG2R sur le Tour de France est exceptionnelle: Péraud deuxième, Bardet sixième et ses neuf coureurs en tête du classement par équipes. "Il y a trois semaines, on n'aurait même pas pu l'imaginer !", sourit Julien Jurdie, les traits marqués par trois semaines intenses, une courte nuit de préparation méticuleuse et un chrono "stressant".

"C'est pas bon pour mon hypertension mais des moments comme ça, j'en ai rêvé, glisse-t-il. Quand je voyais les autres directeurs sportifs batailler pour un podium du Tour, je me disais +Un jour, est-ce que ce sera mon tour de faire ça ?+ C'était aujourd'hui, c'est que du bonheur même si ça demande beaucoup d'énergie".

"C'est une grande récompense pour les coureurs, pour le staff, pour tous ceux qui croient en nous depuis longtemps. C'est tant d'investissement depuis tant d'années que ça me fait pleurer", ajoute Lavenu, qui n'oublie pas de partager sa joie avec la FDJ.fr de Thibaut Pinot, présent quelques mètres plus loin. "La nation France a repris une belle part dans le cyclisme international. Chapeau à Thibaut Pinot qui s'est battu aussi. Je suis très ami avec Marc Madiot (le manager de la FDJ.fr) et je crois qu'on va se congratuler l'un l'autre".

Première publication : 26/07/2014