Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Tour de France: "un Tour presque sur mesure" estime Nibali

AFP

Le maillot jaune du Tour de France Vincenzo Nibali, à l'issue du contre-la-montre, le 26 juillet 2014 à PérigueuxLe maillot jaune du Tour de France Vincenzo Nibali, à l'issue du contre-la-montre, le 26 juillet 2014 à Périgueux

Le maillot jaune du Tour de France Vincenzo Nibali, à l'issue du contre-la-montre, le 26 juillet 2014 à PérigueuxLe maillot jaune du Tour de France Vincenzo Nibali, à l'issue du contre-la-montre, le 26 juillet 2014 à Périgueux

Détendu, Vincenzo Nibali a analysé samedi après le contre-la-montre de Périgueux son Tour de France, tracé "presque sur mesure pour moi", selon la formule du champion d'Italie à la veille de gagner pour la première fois.

Q: Quelle comparaison est possible entre votre victoire et celle de Marco Pantani en 1998 ?

R: "C'est difficile de faire une comparaison entre Pantani et moi. Si je ne me trompe pas, il a gagné son Tour dans la dernière semaine. Pour moi, c'est tout le contraire. J'ai pris le maillot jaune après deux journées."

Q: Est-ce très différent de vos succès à la Vuelta et au Giro ?

R: "C'est la Vuelta (2010) qui m'a donné l'assurance de lutter sur le Giro et le Tour. Le Giro (2013) a été très important, devant le public italien, mais le Tour c'est encore plus. Tout le monde regarde le Tour, c'est plus fort encore, c'est plus beau. Et puis, sans dévaloriser le Giro, le niveau est encore plus haut."

Q: Avez-vous conscience d'entrer dans l'histoire après tant de champions ?

R: "C'est important pour moi mais il n'y a pas que le Tour. Ces champions ont gagné d'autres courses. Quand je suis arrivé pour la première fois sur le Tour, ma plus grande émotion était de penser aux Champs-Elysées, à l'Arc de Triomphe, à la Tour Eiffel, au public français, parisien..."

Q: Que reste-t-il de l'enfant qui faisait du vélo avec son père ?

R: "Je le suis encore quand j'en ai la possibilité, quand je vais voir mes parents. Je vais rouler, me promener, avec mon père, avec d'autres personnes. Ils se rappellent de moi quand j'étais petit."

Q: Le cyclisme italien vit des moments difficiles...

R: "C'est vrai. Malheureusement, je ne pense pas que ce soit un problème de jeunes coureurs, de talents. C'est plutôt lié à la crise économique, aux sponsors. J'ai vécu ça dans mes anciennes équipes. Pour prendre un seul exemple, mes parents avaient deux petits magasins qu'ils ont dû regrouper en un seul."

Q: Vous allez gagner les trois grands tours. Que vous reste-t-il à conquérir ?

R: "Il y a encore des courses que je rêve de gagner. Le Tour de Lombardie, où je n'ai jamais eu beaucoup de chance jusqu'à présent, le championnat du monde, Liège-Bastogne-Liège. Ce sont des courses dans lesquelles j'ai essayé de donner mon meilleur mais je suis plus à l'aise dans les courses par étapes."

Q: Après toutes les affaires de dopage, le public veut être convaincu que vous êtes propre. Qu'avez-vous à lui dire ?

R: "J'ai un grand plaisir à raconter mon histoire, mes racines, tous les sacrifices que j'ai consentis pour arriver là. J'en suis très fier."

Q: Stefano Zanatta (son directeur sportif de l'époque) disait qu'à votre premier Tour, en 2008, vous étiez triste, vous doutiez...

R: "J'étais plutôt déçu, je voulais au moins le maillot blanc. Il y a eu beaucoup de progrès depuis, les contrôles, le passeport biologique. On voit les résultats. S'il n'y avait pas eu tous ces contrôles, je n'en serai peut-être pas là aujourd'hui."

Q: Comment caratériseriez-vous ce Tour ?

R: "Spectaculaire, magnifique, très différent des précédents que j'ai couru. Il était presque sur mesure pour moi avec des montées déjà difficiles dans la première semaine."

Q: Aimeriez-vous l'an prochain être confronté à Froome, Contador, Quintana ?

R: "Bien sûr. Et même Wiggins, même si j'ai vu qu'il allait plutôt se consacrer à la piste, mais pourquoi pas..."

Q: Quel regard portez-vous sur votre première partie de saison ?

R: "Elle a été difficile. La naissance de ma fille a été un grand bonheur, ça a ralenti ma préparation, je suis arrivé un peu plus tard aux rendez-vous mais j'ai continué à m'investir dans l'objectif. Pour la suite de la saison, je n'ai pas encore défini mon programme. Je le ferai dans les prochains jours."

Q: Avez-vous un message à délivrer à la fin de ce Tour ?

R: "Je n'ai pas de message spécifique, le Tour était fatiguant et c'est encore difficile d'expliquer ce que je ressens. Je trouverai sans doute les mots dans quelque temps et je me dirai: 'j'ai vraiment fait tout ça moi...' Je réaliserai peut-être mieux sur les Champs-Elysées."

Recueilli en conférence de presse

Première publication : 26/07/2014