Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Ukraine: l'UE durcit le ton, Moscou réplique

AFP

Le président Vladimir Poutine le 24 juillet 2014 dans sa résidence de Novo-Ogaryovo près de MoscouLe président Vladimir Poutine le 24 juillet 2014 dans sa résidence de Novo-Ogaryovo près de Moscou

Le président Vladimir Poutine le 24 juillet 2014 dans sa résidence de Novo-Ogaryovo près de MoscouLe président Vladimir Poutine le 24 juillet 2014 dans sa résidence de Novo-Ogaryovo près de Moscou

Décidés à durcir le ton face à la Russie après le drame du MH17, l'Union européenne a sanctionné samedi les chefs des services de renseignement pour leur implication dans la crise ukrainienne, et devrait passer à la vitesse supérieure en prenant pour la première fois des sanctions économiques d'envergure.

Moscou a immédiatement accusé l'UE de mettre "en danger la coopération internationale dans le domaine de la sécurité". "L'élargissement de la liste des sanctions est un témoignage direct du choix des pays de l'UE de revenir sur la coopération avec la Russie en matière de sécurité internationale et régionale", a réagi le ministère des Affaires étrangères.

L'UE a ajouté 15 personnes et 18 entités à sa liste noire parue samedi au Journal officiel, qui comprend désormais 87 personnes et 20 entités visées par un gel des avoirs et une interdiction de voyager.

Y figurent le chef du Service fédéral de sécurité (FSB), Nikolaï Bortnikov, le chef des services de renseignement extérieur, Mikhaïl Fradkov, ainsi que le président tchétchène Ramzan Kadyrov. Le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, ancien chef du FSB, figure également dans cette nouvelle liste.

Y figurent le chef du Service fédéral de sécurité (FSB), Nikolaï Bortnikov, le chef des services de renseignement extérieur, Mikhaïl Fradkov, ainsi que le président tchétchène Ramzan Kadyrov. Le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, ancien chef du FSB, figure également dans cette nouvelle liste.

MM. Bortnikov et Fradkov, sont mis en cause pour avoir "contribué à l'élaboration de la politique du gouvernement russe menaçant l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine".

M. Kadyrov a lui "fait des déclarations en faveur de l'annexion illégale de la Crimée et en faveur de l'insurrection armée en Ukraine".

- Sanctionner les oligarques ? -

Parmi les entités, figurent plusieurs groupes armés séparatistes illégaux et des entreprises ayant leur siège en Crimée - la péninsule ukrainienne rattachée à la Russie en mars - comme un groupe hôtelier basé à Yalta et une entreprise de ferries.

L'UE ne devrait pas s'arrêter là en adoptant la semaine prochaine le même type de sanctions contre des personnes accusées de "soutenir activement l'annexion de la Crimée" ou la "déstabilisation de l'est de l'Ukraine", ou d'en "bénéficier". Cette nouvelle liste, qui devrait être finalisée mardi, pourrait toucher des oligarques proches du président russe, Vladimir Poutine, selon des diplomates.

Mais les 28 sont surtout prêts à prendre dès la semaine prochaine des sanctions économiques d'envergure concernant l'accès aux marchés financiers, les ventes d'armes, les technologies sensibles dans le domaine de l'énergie et des biens à double usage militaire et civil.

L'UE a durci sa position depuis le crash le 17 juillet d'un avion malaisien dans l'est de l'Ukraine, attribué à un tir de missile par les séparatistes prorusses. Ce drame, qui a coûté la vie à 298 personnes dont près de 200 Néerlandais, a décidé les Européens à frapper l'économie russe, alors qu'ils étaient depuis des mois divisés à ce sujet.

La Commission européenne a rempli sa mission en adoptant vendredi les propositions législatives permettant de mettre en place de telles mesures.

- "Bien ciblé et équilibré" -

"La décision finale revient maintenant aux Etats membres", a souligné le président de la Commission, José Manuel Barroso, tout en jugeant le paquet proposé "efficace, bien ciblé et équilibré".

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a de son côté écrit aux dirigeants européens pour défendre une décision "qui aurait des conséquences importantes sur l'économie russe et affecterait modérément les économies européennes".

Ainsi le principe de non-rétroactivité dans le domaine de la défense s'appliquera, une bonne nouvelle pour la France mise sous pression par certains de ses partenaires pour la vente de navires militaires Mistral à la Russie.

Quant aux "technologies sensibles", elles ne concerneront que le secteur pétrolier et non gazier "afin de garantir la sécurité énergétique de l'UE", a précisé M. Van Rompuy.

Mardi, les ambassadeurs des 28 se réunissent de nouveau à Bruxelles pour se prononcer sur ce paquet. Un sommet des chefs d'Etat ou de gouvernement pour donner le feu vert à ces sanctions économiques n'est pas à exclure, même si l'option qui semble favorisée est celle d'une "procédure écrite", évitant de faire déplacer à Bruxelles les 28 dirigeants de l'UE.

Première publication : 26/07/2014